Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les raids de la coalition arabe font 80 morts au Yémen

Reuters27/05/2015 à 15:42

(Bilan actualisé, précisions) par Mohammed Ghobari LE CAIRE, 27 mai (Reuters) - Les frappes aériennes de la coalition arabe conduite par l'Arabie saoudite ont fait au moins 80 morts mercredi à Sanaa, la capitale yéménite, et dans le nord du pays près de la frontière saoudienne, ont annoncé des habitants. Ce sont les bombardements les plus meurtriers en une seule journée depuis le début de l'offensive aérienne contre les rebelles chiites houthis et leurs alliés le 26 mars. Des avions et des navires de la coalition ont également bombardé mercredi le port militaire yéménite d'Hodeïda, sur la mer Rouge, tenu par les insurgés. "La base navale a été bombardée par des avions et des navires. Il y a beaucoup de destructions et deux navires de guerre (yéménites) ont été touchés. L'un d'eux, le Bilkis, a été détruit et s'est couché sur le flanc", a dit un responsable de la ville joint au téléphone par Reuters. "Cinq navires ont tiré sur les bâtiments administratifs de la base." Dans le nord du pays, bastion des Houthis, des attaques aériennes de la coalition près de la frontière saoudienne ont fait au moins 40 morts, en majorité des civils, dans le secteur de Bakil al Mir, province de Hajjah, ont rapporté des habitants. "Des Houthis attaquaient des positions saoudiennes à la frontière mais la frappe aérienne qui a suivi a touché des civils, pas des combattants", a dit l'un d'eux par téléphone à Reuters. Quelques heures plus tard, des avions ont visé une base aérienne dans le centre de Sanaa, la capitale contrôlée depuis septembre dernier par les miliciens chiites. Selon l'agence de presse yéménite Saba, cette attaque a fait au moins 40 morts et une centaine de blessés. Elle a totalement détruit un entrepôt au moment où des miliciens houthis et des soldats fidèles à l'ancien président Ali Abdallah Saleh recevaient leurs armes, a dit un rescapé. APPEL DE L'IRAN À LA FIN DE FRAPPES Dans le sud du pays, les Houthis ont poursuivi leur bombardement des positions loyalistes qui résistent depuis des semaines à leurs assauts. Dans cette région, les gouvernementaux fidèles au président Abd-Rabbou Mansour, qui s'est réfugié à Ryad, ont marqué des points ces derniers jours, reprenant le contrôle de la ville de Dalea. Des discussions de paix prévues le 28 mai à Genève sous l'égide de l'Onu ont été repoussées. Le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, a dit sa déception et a demandé "une nouvelle fois aux parties de s'engager dans les discussions proposées par les Nations unies, de bonne foi et sans condition préalable", a déclaré mardi le porte-parole des Nations unies, Stéphane Dujarric. L'Iran, qui soutient les rebelles chiites, a une nouvelle fois demandé à l'Arabie saoudite de mettre fin à ses attaques au Yémen, menées depuis le 26 mars, rapporte l'agence de presse officielle iranienne Irna. "Nous disons à nos frères saoudiens que nous voulons un avenir meilleur pour tous les pays de la région et que ce qu'ils font au Yémen finira par se retourner contre eux", a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, qui participait à Koweït à un sommet de l'Organisation de la coopération islamique (OCI). Evoquant le récent sommet de Camp David entre Américains et pays arabes du Golfe, il a estimé que les Saoudiens feraient mieux de se tourner vers l'Iran, plutôt que vers les Etats-Unis, pour chercher à régler les crises dans la région. "Pourquoi allez-vous à Camp David alors que nous sommes là, juste à côté de vous, que nous voulons avoir de bonnes relations avec vous, alors que l'Amérique ne vous veut rien de bon et ne pense qu'à ses seuls intérêts ?", a ajouté le chef de la diplomatie iranienne. Dans une lettre ouverte publiée dans la presse koweïtienne, Zarif appelle également au dialogue entre Téhéran et ses voisins arabes. Il assure que l'Iran n'a aucune ambition de récréer son ancien empire et affirme que la conclusion d'un accord définitif entre Téhéran et les grandes puissances sur le programme nucléaire de la République islamique servira la cause de la paix dans la région. (Avec Mohammed Mukhashaf à Aden, Mahmoud Harby à Koweït et Sam Wilkin à Dubaï; Guy Kerivel pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.