Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les proches des otages détenus au Sahel plongés dans l'attente

Reuters12/01/2013 à 18:26

LES PROCHES DES OTAGES DÉTENUS AU SAHEL DANS L'ATTENTE

PARIS (Reuters) - Les menaces proférées par les groupes islamistes qui contrôlent le nord du Mali plongent les familles des otages français détenus au Sahel dans l'angoisse au lendemain du début officiel de l'engagement français aux côtés des troupes maliennes.

Le groupe rebelle Ansar Dine a prévenu samedi que cette intervention militaire aurait des conséquences pour les ressortissants français "à travers le monde musulman". La veille, un porte-parole d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) avait invité la France à reconsidérer son intervention faute de quoi elle creuserait "la tombe de propres enfants".

"Si on en est arrivé à ce stade-là, il n'y a pas autre chose à faire qu'une intervention des forces spéciales françaises dans les camps où sont détenus les otages", estime Pascal Lupart, président du comité de soutien de Philippe Verdon et Serge Lazarevic, deux géologues enlevés en novembre 2011.

"Est-ce qu'on attend qu'un otage soit exécuté ou est-ce qu'on agit avant? S'il n'y a plus de diplomatie possible, il vaut mieux intervenir avant que le pire n'arrive aux otages", ajoute-t-il. "On laisse une porte ouverte à la négociation mais à mon sens la négociation est fermée aujourd'hui, je ne vois pas pourquoi ils ouvriraient des négociations aujourd'hui."

Le sort d'un autre otage français, Denis Allex, détenu en Somalie par les milices d'Al Chabaab, est incertain après l'opération menée par la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure) dans la nuit de vendredi à samedi.

Les islamistes affirment qu'il est encore vivant tandis que le ministère de la Défense a annoncé sa mort. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a semblé modérer cette affirmation en indiquant que "tout à penser que malheureusement Denis Allex a été abattu par ses geôliers."

"Ce sont deux dossiers différents", estime Pascal Lupart. "Ils n'ont pas besoin de nous pour en avoir l'idée. Ce que je redoute, c'est l'exécution d'un des otages pour montrer aux autorités françaises qu'ils ont mal pris leur intervention", ajoute-t-il.

BARBARIE

Les déclarations du ministre de la Défense sur l'intervention au Mali n'ont pas rassuré les familles des otages qui redoutent que la vie de ces derniers ne soient pas pris en compte pour des raisons géopolitiques.

"J'ai entendu ce que Jean-Yves le Drian disait et ça m'inquiète fortement parce qu'il nous a clairement signifié que la vie de otages était clairement engagée", a déclaré Kant, du comité de soutien de Thierry Dol, qui a été enlevé avec trois de ses collègues en septembre 2010. "Il a pratiquement validé le fait que l'armée allait prendre tous les risques en dépit de la sauvegarde des otages. "

"Nous sommes des gens conscients qu'il y a un enjeu géopolitique sur le terrain, c'est clair, nous sommes aussi conscients qu'il y a des hommes", a-t-il poursuivi. "Je pense qu'une société civilisée face à la barbarie ne doit pas être aussi barbare et qu'en ne prenant pas en considération la vie des otages on fait aussi preuve d'une certaine forme de barbarie."

"Je pense qu'il faut tout en étant ferme sur le principe, aussi négocier. Je pense que la négociation est la seule solution pour pouvoir tirer nos proches de cette situation-là."

Au total, neuf ressortissants français, dont Denis Allex, sont actuellement détenus en Afrique.

Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.