Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les pro-Morsi redescendent dans la rue en Egypt

Reuters15/08/2013 à 23:15

LES PARTISANS DE MOHAMED MORSI CONTINUENT DE MANIFESTER EN ÉGYPTE

par Tom Perry et Michael Georgy

LE CAIRE (Reuters) - Des centaines de partisans des Frères musulmans égyptiens ont incendié un bâtiment officiel jeudi au Caire, tandis que des familles tentaient d'identifier des centaines de corps, au lendemain des violences qui ont fait au moins 578 morts dans tout le pays selon le dernier bilan officiel.

A Alexandrie, la deuxième ville du pays, plusieurs centaines de personnes ont manifesté contre le démantèlement dans la violence la veille des campements installés par les Frères dans la capitale.

Ils ont réclamé le retour au pouvoir de l'ancien président Mohamed Morsi, issu de la confrérie, déposé le 3 juillet par l'armée et dont la détention a été de nouveau prolongée jeudi pour un mois.

Le ministère de l'Intérieur a lui prévenu que les forces de sécurité tireraient à balles réelles contre ceux qui s'en prendraient à elles ou à des bâtiments officiels, au lendemain de la proclamation de l'état d'urgence par les autorités.

Les partisans des Frères musulmans estiment que le véritable bilan des assauts des forces de sécurité est bien plus élevé que les 578 annoncés par le ministère de la Santé, certains évoquant 3.000 morts, alors que Reuters a compté 228 corps calcinés par le feu, entreposés dans la seule mosquée Al Iman, dans le nord-est du Caire.

Dans cette mosquée convertie en morgue improvisée, des familles tentaient d'identifier des corps mutilés ou carbonisés. A l'extérieur, plusieurs milliers de personnes manifestaient en criant: "L'armée et la police ont les mains sales".

Toute vérification indépendante du bilan était impossible en raison de l'ampleur prises par les violences dans de nombreuses villes égyptiennes.

COUVRE-FEU CONFIRMÉ

Gehad el Haddad, porte-parole des Frères musulmans, a déclaré à Reuters que le mouvement avait subi "un coup sévère" mais que la colère suscitée en son sein par la répression était désormais "incontrôlable".

"Après les coups, les arrestations et les massacres que nous subissons, l'émotion est trop forte pour être canalisée par qui que ce soit", a-t-il ajouté.

Les Frères musulmans ont appelé à une manifestation en fin de journée au Caire, où les obsèques de nombreuses victimes des violences de mercredi devraient donner à leurs partisans de multiples occasions de se réunir lors des prochains jours.

Dans le quartier de Gizeh, des partisans de Morsi ont mis le feu à un bâtiment du gouvernorat. De la fumée s'échappait des fenêtres de l'immeuble, vers lequel affluaient plusieurs véhicules de pompiers.

En plus de l'état d'urgence, les autorités ont décrété un couvre-feu dans onze des 27 provinces du pays, dont celle du Caire et de treize autres grandes villes. Ses horaires, qui s'étendent de 19h00 locales (17h00 GMT) à 06h00, ont été confirmés après avoir été provisoirement abrégés.

Une source militaire a déclaré que les autorités ne tolèreraient plus aucun sit-in comparable aux deux campements démantelés mercredi mais que des manifestations pourraient avoir lieu en dépit de l'état d'urgence.

L'attitude du nouveau pouvoir a suscité des condamnations fermes dans le camp occidental, qui avait tenté en vain jusqu'à la dernière minute de favoriser une solution négociée.

Interrompant ses vacances à Martha's Vineyard, le président américain Barack Obama a déploré "les violences exercées contre les civils" et demandé la levée de l'état d'urgence. Il a également annulé les manoeuvres militaires égypto-américaines prévues le mois prochain en Egypte, sans exclure d'autres mesures.

PARIS CRAINT UNE GUERRE CIVILE

Chuck Hagel, secrétaire d'Etat à la Défense, a prévenu par téléphone Abdel Fattah al Sissi que des "éléments importants" des relations militaires entre les deux pays risquaient d'être affectés, et le département d'Etat américain a annoncé qu'il réétudiait l'aide des Etats-Unis à l'Egypte "sous toute ses formes".

De son côté, le président français François Hollande a convoqué l'ambassadeur d'Egypte en France et appelé à la levée de l'état d'urgence, estimant que "tout doit être mis en oeuvre pour éviter une guerre civile".

Selon une source diplomatique européenne, la France a demandé la tenue en urgence d'une réunion du Conseil de sécurité de l'Onu pour faire le point sur la situation en Egypte, suivant ainsi l'exemple du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan.

Un représentant de Catherine Ashton, porte-parole de la diplomatie de l'Union européenne (UE), a annoncé que plusieurs diplomates européens se réuniraient lundi, en vue d'un sommet exceptionnel des ministres des Affaires étrangères sur la crise égyptienne.

Dans le camp arabe, les Emirats arabes unis ont en revanche apporté leur soutien à la répression, jugeant que le pouvoir égyptien avait fait preuve d'un "self-control maximum".

Avec l'Arabie saoudite et le Koweït, les EAU ont promis une aide de 12 milliards de dollars à l'Egypte immédiatement après le renversement de Mohamed Morsi afin de surmonter des pénuries imminentes d'essence et de blé.

La dégradation de la situation pourrait avoir de nouvelles conséquences économiques: plusieurs multinationales, comme Electrolux, Royal Dutch Shell ou General Motors, ont interrompu leur production dans le pays jusqu'à nouvel ordre.

Avec Shadia Nasralla, Alexander Dziadosz, Tom Finn et Yasmine Saleh au Caire, Marine Pennetier à Paris, Stephanie Nebehay à Genève, Steve Holland et Jeff Mason à Washington; Tangi Salaün et Marc Angrand pour le service français, édité par Jean-Loup Fiévet


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.