Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les pro-mariage homosexuel veulent éviter la guerre des chiffres

Reuters25/01/2013 à 14:22

LES PRO-MARIAGE HOMOSEXUEL NE VEULENT PAS TOMBER DANS LA GUERRE DES CHIFFRES

PARIS (Reuters) - Les partisans du "mariage pour tous", qui appellent à manifester dimanche à Paris deux jours avant l'examen du projet de loi par les députés, refusent toute guerre des chiffres deux semaines après la forte mobilisation des opposants au texte.

Quelque 340.000 personnes selon la police, un million selon les manifestants, ont défilé le 13 janvier dernier dans les rues de Paris contre le projet de loi ouvrant la voie au mariage et à l'adoption aux couples de même sexe.

Plusieurs membres du collectif regroupant les opposants, qui souhaitent l'arrêt du processus parlementaire et une révision du texte pour remplacer le mariage par une union civile, doivent être reçus à l'Elysée par François Hollande ce vendredi à 18h30. Faute d'être entendus, ils menacent d'ores et déjà de battre de nouveau le pavé.

A l'Elysée, on fait état de "la détermination" du président à faire voter ce projet qui constitue la plus grande réforme sociétale depuis l'abolition de la peine de mort en 1981.

"Je suis confiant quant à l'avenir du texte mais il y a un besoin pour de nombreux Français d'exprimer un ras-le-bol face au climat d'homophobie décomplexée ambiant et de rappeler le principe d'égalité entre les citoyens", explique Nicolas Gougain, porte-parole de l'Inter LGBT qui appelle avec le collectif "Agissons pour l'égalité nouvelle" à manifester dimanche. "Il s'agit également de rappeler le gouvernement à ses engagements en matière d'égalité, concernant la PMA notamment."

La question de la Procréation médicalement assistée (PMA) pour les homosexuelles, initialement prévue dans le cadre du projet de loi qui sera examiné à partir de mardi par les députés, sera intégrée au projet de loi sur la famille appelé à être examiné en mars.

DÉCONSTRUIRE LES FANTASMES

Le cortège parisien partira de la place Denfert Rochereau et défilera jusqu'à la place de la Bastille. Des manifestations sont également prévues samedi dans plusieurs villes, notamment à Brest, Clermont-Ferrand, La Rochelle, Lyon et Montpellier.

Face à la forte mobilisation des opposants au texte, les partisans du mariage pour tous n'entendent pas pour autant rentrer dans une guerre des chiffres.

"C'est indéniable que des gens vont manifester dimanche pour exprimer leur incompréhension après la manifestation du 13 janvier qui s'opposait à une égalité des droits entre les citoyens", souligne Nicolas Gougain.

"Mais notre message ne s'adresse pas aux opposants, il s'adresse à la société tout entière et aux législateurs qui ont pour devoir de déconstruire les fantasmes et la peur véhiculés par l'opposition."

BATAILLE PARLEMENTAIRE

Les partisans du texte espèrent toutefois réunir plus de manifestants que le 16 décembre. Entre 60.000 et 150.000 personnes avaient alors défilé à Paris pour soutenir le projet de loi du gouvernement socialiste.

Invitée sur i>TELE, la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a relativisé vendredi le risque d'une mobilisation moins forte dimanche que le 13 janvier dernier.

"Tous ceux qui ont battu le pavé savent qu'il est toujours plus facile de manifester contre un texte que pour un texte", a-t-elle estimé. "Donc rien de bien surprenant, on verra après tout, mais la mobilisation ne se fait pas que dans la rue, elle se fait dans la société, écoutez ce que vous disent les Français, il y a une revendication d'égalité qu'il ne faut pas sous-estimer."

A quatre jours du début de l'examen du texte, l'UMP, qui entend utiliser toutes les motions de procédure possibles lors du débat, y compris une motion référendaire, a annoncé qu'elle défendrait un par un ses nombreux amendements.

"Notre mobilisation dans l'hémicycle sera importante. Nous souhaitons un débat serein mais nous défendrons toutes les procédures", a dit Christian Jacob, le président du groupe UMP.

Après le député de Seine-et-Marne Franck Riester, l'ancien ministre UMP, Benoist Apparu a annoncé mercredi son intention de voter en faveur du projet de loi qui marque selon lui "une reconnaissance de l'amour homosexuel".

Marine Pennetier, avec Jean-Baptiste Vey et Emile Picy, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.