1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les prix alimentaires devraient globalement rester stables

Reuters18/03/2013 à 21:20

VERS UNE STABILITÉ GLOBALE DES PRIX ALIMENTAIRES

PARIS (Reuters) - Les négociations tarifaires annuelles entre les industriels de l'agroalimentaire et les distributeurs se sont soldées par des prix globalement stables, a annoncé lundi la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD).

Certaines hausses de prix, notamment sur la viande, l'huile, la farine et certains produits laitiers, liées au renchérissement des matières premières, seront compensées par des baisses sur le sucre, le café ou le chocolat, indique la fédération professionnelle dans un communiqué.

La FCD, qui évoque aussi des hausses attendues sur "certaines boissons" du fait du relèvement des taxes, ne donne aucune indication sur l'ampleur des hausses comme des baisses des prix à attendre selon les catégories de produits.

"Sans notre capacité de négociations, sans la LME (loi de modernisation de l'économie), les prix des produits alimentaires auraient augmenté de près de 5% en 2013, ce qui serait inacceptable pour le consommateur dans le contexte actuel", note la FCD.

Les distributeurs sont souvent montrés du doigt pour les pressions qu'ils peuvent exercer sur leurs fournisseurs.

La fédération estime que les hausses demandées par certains grands groupes industriels étaient "déraisonnables et injustifiées" et ajoute que les hausses réclamées par les PME avaient été acceptées "quand elles étaient justifiées".

Elle évoque ainsi des hausses de prix de 4% dans la charcuterie fabriquée par ces entreprises, à comparer à une stabilité des mêmes produits issus de grands groupes.

Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer