Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les patrons maintiennent la pression sur François Hollande

Reuters28/10/2012 à 17:43

PARIS (Reuters) - Les grands patrons maintiennent la pression sur François Hollande en exigeant un "choc" de compétitivité que le gouvernement français a de nouveau écarté dimanche par la voix du ministre de l'Economie, Pierre Moscovici.

Dans la foulée du Medef et des "pigeons", ces entrepreneurs hostiles aux projets de taxation des cessions de jeunes entreprises, les PDG des 98 plus importantes sociétés françaises pressent dans les colonnes du Journal du dimanche le chef de l'Etat de baisser le coût du travail et la dépense publique.

Pour ces grands patrons, L'Etat doit réduire les dépenses publiques de 60 milliards d'euros sur la durée du quinquennat et baisser le coût du travail d'au moins 30 milliards d'euros sur deux ans.

A ce "choc" de compétitivité que prônerait également, selon certains médias, le rapport sur le sujet que Louis Gallois doit remettre le 5 novembre, le gouvernement préfère une "trajectoire" étalée sur la durée du quinquennat.

Le gouvernement se réunira le 6 novembre pour définir une stratégie selon ce principe, rappelé dimanche par Pierre Moscovici.

"Je ne crois pas en effet au choc de compétitivité", a dit le ministre de l'Economie et des Finances sur Canal+.

"Il faut absolument agir sur la compétitivité, là je les entends (les patrons), mais pas par un choc, par une trajectoire, par une politique continue dans le temps, c'est comme ça que les Allemands ont fait", a-t-il ajouté.

"Ca ne se fait pas par un coup de baguette magique, ça se fait par un effort très important sur un quinquennat au moins.

HOLLANDE S'OFFRE UN "REMUE-MÉNINGES"

La dernière initiative du patronat a également fait réagir Olivier Besancenot, figure du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), pour lequel les "vautours" succèdent aux "pigeons".

"Derrière la petite flopée de soi-disant pigeons on retrouve tout de suite la grande flopée des vautours qui débarquent puisque là, c'est directement le Cac 40", a déclaré l'ancien candidat à la présidentielle sur France 3.

Après une semaine de cacophonie sur ce thème de la compétitivité, François Hollande réunit lundi à Paris un casting de luxe pour un "remue-méninges" consacré à la situation économique de la France.

Reprenant une formule mise en place par la chancelière allemande Angela Merkel, le président français rencontrera notamment la directrice générale du Fonds monétaire international, Christine Lagarde, ancienne ministre des Finances de Nicolas Sarkozy.

Autres convives de marque, le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce, le socialiste Pascal Lamy, Jim Yong Kim de la Banque mondiale, Guy Ryder de l'Organisation internationale du travail et Angel Gurria, secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

C'est au siège parisien de cette organisation que se tiendra cette rencontre, qui sera suivie d'un déjeuner de travail puis d'une conférence de presse de François Hollande.

Le président français a pour l'instant réussi son test de crédibilité sur les marchés financiers mais il est confronté à un scepticisme grandissant sur sa capacité à dynamiser l'économie par des mesures structurelles.

Dans un contexte de ralentissement économique mondial, la France continue de bénéficier de taux d'emprunt historiquement bas mais des économistes préviennent que la situation pourrait changer si des mesures pour dynamiser l'activité ne sont pas prises.

Patrick Vignal


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.