Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les parties civiles dénoncent les prédateurs de Bettencourt

Reuters19/02/2015 à 20:51

AU PROCÈS BETTENCOURT, LES PARTIES CIVILES DÉNONCENT UNE "ASSOCIATION DE MALFAITEURS"

par Claude Canellas

BORDEAUX (Reuters) - Les avocats des parties civiles ont dénoncé jeudi l'existence d'une "association de malfaiteurs" qui auraient abusé de la faiblesse de Liliane Bettencourt, la femme la plus riche de France, et brisé selon eux une famille unie.

L'affaire jugée à Bordeaux, où comparaissent dix prévenus, dont l'ancien ministre UMP Eric Woerth, a débuté par la plainte de la fille de l'héritière de L'Oréal.

Me Nicolas Huc-Morel, avocat de Françoise Bettencourt-Meyers et de ses deux enfants, a ouvert les plaidoiries en lisant une lettre adressée par la fille à sa mère en janvier 2008 après avoir déposé une plainte contre X pour abus de faiblesse.

Dans ce courrier transparaît la volonté de la signataire de persuader sa mère, alors âgée de 83 ans, que sa démarche "n'est pas une déclaration de guerre contre elle mais un acte d'amour", selon Me Morel.

"La plainte, ce n'est pas une affaire de sous, pas une affaire de succession comme on voudrait nous le faire croire, mais c'est une histoire de famille", a souligné l'avocat.

Pour lui "c'est l'histoire d'une famille unie, heureuse, mais aussi une famille convoitée par des personnes mal intentionnées qui n'ont pas hésité à chercher à la briser pour parvenir à leurs fins".

Il a dénoncé François-Marie Banier, photographe et confident, poursuivi pour avoir obtenu plus de 400 millions d'euros de dons et de legs divers, et l'avocat Pascal Wilhelm pour avoir incité Liliane Bettencourt dont il était le conseil à investir 143 millions d'euros dans la société de Stéphane Courbit dont il était l'avocat.

"CABINET NOIR"

Arnaud Dupin, avocat d'Olivier Pelat, tuteur de Liliane Bettencourt, a souligné que Liliane Bettencourt "est bien victime de tous les prévenus" et dénoncé "un cabinet noir" constitué autour d'elle, "une cellule savamment orchestrée qui a oeuvré pour constituer des entraves à la justice".

Me Benoît Ducos-Ader, également pour le tuteur, a dit avoir eu "un sentiment de honte et de tristesse" pour les prévenus.

"La brochette n'est pas banale. Il nous manque un président de la République, ça aurait pu arriver", a-t-il dit en faisant référence à Nicolas Sarkozy qui avait été mis en examen dans ce dossier avant de bénéficier d'un non-lieu.

"On a un ministre qui est aujourd'hui un intermittent du spectacle", a ajouté l'avocat à propos d'Eric Woerth.

Il a parlé d'une "association de malfaiteurs" entre François- Marie Banier et Patrice de Maistre, le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt.

Dix prévenus comparaissent devant le tribunal de Bordeaux pour des abus de faiblesse dont aurait été victime Liliane Bettencourt depuis le mois de septembre 2006, date à laquelle une expertise médicale a daté le début de l'état de vulnérabilité de la milliardaire.

La journée de vendredi sera consacrée aux réquisitions du parquet, les plaidoiries de la défense sont prévues de lundi à mercredi.

(édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.