Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les partenaires sociaux campent sur leurs positions

Reuters04/10/2012 à 19:54

LES PARTENAIRES SOCIAUX CAMPENT SUR LEURS POSITIONS

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Les partenaires sociaux français ont campé sur leurs positions jeudi, lors de leur première session de négociation sur la réforme du marché du travail, que François Hollande souhaite voir aboutir à un "compromis historique" d'ici fin 2012.

Cette première séance a surtout été l'occasion pour les huit délégations - CFDT, CGT, Force ouvrière, CGC, CFTC du côté syndicats, Medef, CGPME, UPA du côté patronal -, d'exposer de nouveau leurs positions sur les quatre thèmes de la négociation.

"Chacun a exposé ses attentes et ses exigences. Il n'y a pas eu de surprise. Pour l'instant, on n'est pas entré dans le vif du sujet, on a planté le décor et parlé de méthode", a résumé le négociateur de la CFDT, Patrick Pierron. "J'espère qu'à la prochaine réunion, nous dépasserons le constat."

"On est sur un sujet hypersensible qui peut entraîner des modifications substantielles du code du travail avec toutes les peurs que cela suppose", a-t-il souligné.

La négociation porte sur quatre points : la lutte contre la précarité du travail et le recours massif aux contrats courts, une meilleure anticipation de l'évolution de l'activité pour éviter les ruptures brutales, l'amélioration des dispositifs de maintien de l'emploi en cas d'aléas économiques et l'amélioration des procédures de licenciements collectifs.

Chacun de ces points fera l'objet d'une des quatre prochaines sessions, le point quatre, sans doute un des plus délicats, étant laissé pour la fin.

L'une des clefs de la négociation réside dans la difficulté de concilier l'aspiration des entreprises à plus de flexibilité du marché du travail et la volonté des organisations syndicales d'améliorer la sécurisation de l'emploi.

"Nous souhaitons avoir des mesures qui aillent vers l'adaptation et la souplesse des entreprises", a rappelé le négociateur du Medef, pour qui il s'agit notamment de permettre aux entreprises de restaurer des marges aujourd'hui laminées par la crise et une perte de compétitivité.

"On a besoin d'un bol d'air", a ajouté Patrick Bernasconi. "Mais il faut aussi comprendre que si nous pouvons avancer sur ce sujet-là, nous sommes prêts à avancer sur d'autres sujets."

"FLEXIBILITÉ SAUVAGE"

Un plaidoyer dans lequel la CGT et FO ont surtout retenu la volonté des entrepreneurs d'obtenir plus de souplesse dans la gestion de leurs effectifs salariés.

A la sortie de la réunion, qui a duré toute la matinée au siège du Medef et débordé sur le début de l'après-midi, Agnès Le Bot, négociatrice de la CGT, a dénoncé une "offensive" de la principale organisation patronale pour obtenir plus de flexibilité du marché du travail.

"Ça ne doit pas être à l'ordre du jour. En tout cas, ça ne doit pas être la voie sur laquelle on s'engage", a-t-elle dit aux journalistes présents.

"Le mandat de FO, c'est de sécuriser l'emploi et non davantage de flexibilité pour les entreprises et le patronat. Il y en a déjà assez dans ce pays", a renchéri son homologue de Force ouvrière, Stéphane Lardy.

Plus conciliant, le représentant de la CFDT a estimé qu'il fallait clarifier ce que recouvrait le mot flexibilité.

"Je pense qu'on est dans la flexibilité sauvage", a déclaré Patrick Pierron. "La question est de savoir comment on sécurise les parcours et comment on réduit le côté sauvage du turn over qu'il y a dans les entreprises aujourd'hui."

Si le négociateur de FO a dit ne pas attendre de "miracle" de cette négociation, aucun participant n'a voulu préjuger de la suite et de l'issue des discussions, qui reprendront jeudi prochain sur le premier point de la feuille de route fixée par le gouvernement - la lutte contre la précarité de l'emploi.

"Au-delà des postures, il faut voir si on peut trouver un chemin", a déclaré le négociateur du Medef. "Il faut essayer de trouver un juste milieu."

Patrick Bernasconi a insisté, comme son homologue de la CFDT, sur la nécessité d'aboutir in fine sur un accord global couvrant l'ensemble des thèmes de la négociation.

Edité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.