Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les parlementaires tirent la sonnette d'alarme sur la Défense

Reuters26/03/2013 à 14:34

LES COUPES EN VUE DANS LE BUDGET DE LA DÉFENSE ALARMENT LES PARLEMENTAIRES

PARIS (Reuters) - Sénateurs et députés français s'alarment des coupes annoncées dans le secteur de la défense et menacent de ne pas voter le budget pluriannuel qui sera présenté à l'automne.

Après Patricia Adam, présidente socialiste de la commission de défense de l'Assemblée nationale, qui a accusé le ministère de l'Economie de "vouloir tuer" la défense, son homologue du Sénat, Jean-Louis Carrère, a défendu mardi le même point de vue.

Le sénateur des Landes avait déjà déclaré la "patrie en danger" et laissé entendre que les parlementaires de tous bords, écologistes mis à part, pourraient ne pas voter la loi de programmation militaire 2014-2019 si elle faisait passer l'effort de défense sous la barre de 1,5% du PIB, soit environ le budget actuel, autour de 30 milliards d'euros annuels.

François Hollande présentera fin avril le "Livre blanc", qui fixe les orientations de la France en matière de défense et de sécurité pour les années à venir mais ce document ne devrait pas contenir d'indications chiffrées.

Pour connaître l'addition, il faudra donc attendre l'automne et la loi de programmation. Les parlementaires et les industriels de l'armement, qui attendaient le Livre blanc pour fin mars et le budget avant l'été, s'inquiètent et s'impatientent.

Les deux scénarios à l'étude, baptisés Y et Z, prévoient respectivement de réduire le budget de la défense de 15 et 30 milliards d'euros sur la période 2014-2019, le ministère de la Défense militant pour le premier et Bercy pour le second.

Dans les deux cas, le seuil de 1,5% de PIB serait enfoncé, ce que Jean-Louis Carrère ne peut accepter.

CRAINTES DANS L'INDUSTRIE

"Il ne faut pas choisir le scénario Y, il ne faut pas choisir le scénario Z. Il faut choisir le scénario qui rassemble la totalité des parlementaires français: un scénario qui reste à 1,5% du PIB, c'est-à-dire 30 milliards d'euros minimum. Il ne faut surtout pas enfoncer ce plancher", a dit le sénateur mardi sur France Info.

Traditionnelle variable d'ajustement en temps de crise, le budget de la défense a l'habitude de souffrir. Il est passé depuis longtemps sous le seuil des 2% de PIB, considéré par l'Otan comme la norme minimale pour permettre à un pays d'assurer sa part de l'effort de défense commun.

Les coupes annoncées soulèvent de lourdes craintes dans l'industrie de l'armement, l'un des fleurons de l'économie française, puisque certains programmes pourraient être reportés et d'autres supprimés avec des milliers de pertes d'emploi à la clé.

Les parlementaires soulèvent en outre un risque pour la souveraineté de la France, puissance nucléaire et membre permanent du Conseil de sécurité de l'Onu.

Ils redoutent notamment que la France ne puisse plus, à l'avenir, pénétrer seule en premier sur un théâtre d'opération, comme elle vient de le faire au Mali.

Jean-Louis Carrère a dressé mardi un tableau noir de ce que deviendrait la défense de la France si le scénario Z, le plus rigoureux, était choisi.

Dans ce cas, "notre défense se résumerait à une force de dissuasion et quelques forces spéciales. On ne pourrait plus entrer au Mali, seuls et en premier", a dit le sénateur socialiste.

Patrick Vignal, édité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.