Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les opposants à Notre-Dame-des-Landes remportent une manche

Reuters07/11/2016 à 18:51

PREMIÈRE MANCHE GAGNÉE POUR LES OPPOSANTS À NOTRE-DAME-DES-LANDES

NANTES (Reuters) - Le rapporteur public a préconisé lundi à la cour administrative d'appel de Nantes d'annuler deux des trois arrêtés préfectoraux indispensables à la construction du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), comme elle l'avait fait savoir dès vendredi aux avocats impliqués dans le dossier.

La magistrate - dont les avis sont souvent suivis en matière de justice administrative - a fait valoir que les dérogations préfectorales à la destruction et au déplacement d'espèces protégées étaient injustifiées. Elle considère également que le projet d'aéroport porté par le groupe Vinci ne respecte pas les exigences de la loi sur l'eau.

Christine Piltant a suggéré de valider la déclaration d'utilité publique des aménagements routiers locaux, mais "plus par discipline" avec la jurisprudence du Conseil d'Etat "que par conviction" : ces travaux auraient pourtant dû être intégrés au projet global d'aéroport, selon elle, alors qu'il a été délibérément "saucissonné", d'après les opposants.

Les six magistrats de la cour administrative d'appel de Nantes, qui ont mis leur décision en délibéré, rendront leur arrêt le 14 novembre.

S'ils venaient à suivre les conclusions du rapporteur public, le ministère de l'Environnement et le groupe Vinci auraient toujours la possibilité de se pourvoir devant le Conseil d'Etat pour casser leur arrêt.

"PAS UNE EXCEPTION NANTAISE"

Lors de l'audience, Christine Piltant a fait observer qu'entre "13 et 27 tonnes" de sel allaient être déversées chaque année sur les pistes de l'aéroport pour les déverglacer, alors que la qualité des eaux de trois bassins versants concernés est déjà considérée comme "mauvaise" ou "médiocre" par les autorités locales.

Le rapporteur public estime surtout que le réaménagement de l'actuel aéroport de Nantes constitue "une alternative non seulement avérée mais satisfaisante" à la construction du projet de Notre-Dame-des-Landes. Ce motif d'annulation, s'il était suivi par les juges, serait de nature à enterrer définitivement le projet, selon les opposants, dans la mesure où il est impossible de le régulariser.

La magistrate considère en effet qu'un aéroport avec une piste unique, comme l'aéroport Nantes-Atlantique, n'est "pas rédhibitoire en soi", citant les exemples de Genève (Suisse), Stuttgart (Allemagne) ou encore San Diego (Etats-Unis).

Elle a également fait observer que le survol de la ville, comme c'est le cas actuellement, n'est "pas une exception nantaise", rappelant que Le Bourget (Seine-Saint-Denis) ou Montpellier (Hérault) étaient dans le même cas de figure.

En première instance, en juillet 2015, le tribunal administratif de Nantes avait rejeté tous les recours des opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

"Les personnes qui pensent que le rapporteur public peut être influencé par le gouvernement ou recevoir des consignes connaissent bien mal la justice administrative", a déclaré l'intéressée en préambule de l'audience.

(Guillaume Frouin, édité par Sophie Louet)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.