Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les musulmans de France craignent un amalgame après les attaques

Reuters15/11/2015 à 17:16

* Les musulmans s'estiment "salis" * "Il y a un coût très cher à payer" * Rassemblement près du Bataclan par Ingrid Melander PARIS, 15 novembre (Reuters) - Les musulmans rencontrés dimanche à Paris redoutent les conséquences des attaques coordonnées de vendredi soir dans le centre de la capitale et à Saint-Denis, revendiqués par l'organisation Etat islamique (EI). Selon ceux qui ont été interrogés par Reuters, les attentats qui ont fait 129 morts selon le dernier bilan ne sont pas le fait de musulmans mais de "terroristes", sans lien avec l'islam. "C'est une effroyable imposture", juge Sofiane, rencontré à la sortie de la grande mosquée de Paris. "Ils se considèrent comme musulmans, alors que ce qu'ils viennent de faire c'est anti-islam, anti-religieux, anti-musulman". "Cette histoire salit l'islam et salit les musulmans. On est tous à 99,9% anti-terrorisme. On est bien en France", dit-il également. Dans les jours suivant les attaques contre Charlie Hebdo et un commerce de produits casher à Paris, en janvier, elles aussi revendiqués par des groupes djihadistes, plusieurs mosquées avaient été prises pour cible par des tirs. "C'est certain qu'il y aura des amalgames, on peut le comprendre: le citoyen pas bien informé peut très bien faire des amalgames", déplore Malika. "Malheureusement, il y a un coût très cher à payer après des événements comme ça pour des personnes qui n'ont rien à voir avec ça (...)", ajoute cette jeune femme, qui aimerait que le port du voile soit mieux toléré mais ne l'arbore pas elle-même. "UN MUSULMAN OU UN BOUDDHISTE" Vendredi soir, Nabil travaillait comme agent d'accueil au Stade de France, visé par trois kamikazes. "J'étais à 100 mètres de la première explosion et la bombe n'aurait pas fait de différence entre un musulman ou un bouddhiste par exemple", d'après cet étudiant en sciences sociales. Lui en veut aux dirigeants politiques, coupables à ses yeux d'évoquer des islamistes, et non des "terroristes", et ne pas agir avez suffisamment de fermeté contre l'islamophobie. "Les politiques ont un travail à faire envers cette communauté (...). L'islamophobie existe et doit être traitée." Dimanche, un rassemblement près de la salle de spectacle du Bataclan, où les attaques ont été les plus meurtrières, a réuni des représentants de différentes religions, notamment des musulmans et des juifs. "C'est interdit (de tuer) dans toutes les religions", a dit l'écrivain de confession juive Marek Halter, à côté de l'imam Hassen Chalghoumi. "On voulait montrer qu'il y a des imams, il y a des rabbins (...), il y a des laïcs, (...) il y a des catholiques, des protestants pour dire non". Devant le Bataclan, mais aussi sur le lieu des attaques et sur la place de République, des centaines de personnes se sont à nouveau retrouvées dimanche dans une ambiance de recueillement. Le trottoir devant le bar le Carillon (dixième arrondissement), sur lequel des anonymes avaient commencé samedi matin à jeter quelques fleurs et allumé des bougies, était couvert dimanche de ces témoignages de compassion. (Avec Morade Azzouz, édité par Simon Carraud)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.