Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les milices chiites irakiennes à l'offensive sur Tal Afar

Reuters 29/10/2016 à 15:21
    par Ahmed Rasheed et Stephen Kalin 
    AU SUD DE MOSSOUL, 29 octobre (Reuters) - Les milices 
chiites irakiennes soutenues par l'Iran ont annoncé samedi le 
déclenchement d'une offensive en direction de Tal Afar, localité 
située à 55 km environ à l'ouest de Mossoul, la grande ville du 
nord de l'Irak tenue par le groupe Etat islamique (EI). 
    Ces milices Hachid Chaabi (Forces de mobilisation 
populaire), apparues en 2014 pour endiguer les conquêtes de l'EI 
dans les provinces du nord et de l'ouest de l'Irak, regroupent 
plusieurs milliers d'hommes rompus au combat et inquiètent les 
Occidentaux qui craignent des exactions contre les populations 
sunnites de la région. 
    Des appels ont été lancés au gouvernement irakien afin qu'il 
maintienne hors du champ de bataille ces unités combattantes 
accusées de représailles violentes - des meurtres et des 
enlèvements - dans les zones dont l'EI a été chassé. 
    Mais les milices ont annoncé qu'elles avaient entamé leur 
progression samedi matin à partir de positions au sud de 
Mossoul, en direction de Tal Afar. "La ville meurtrie de Tal 
Afar (fait partie) des villes qui doivent être libérées", 
indique un communiqué sur le site des FMP. 
    La prise de Tal Afar couperait une possibilité de retraite 
vers la Syrie pour les djihadistes encerclés depuis bientôt deux 
semaines dans Mossoul. 
    Mais selon des sources militaires irakiennes et américaines, 
l'opportunité de fermer ou non le flanc ouest de Mossoul fait 
l'objet d'un débat. Le laisser ouvert permettrait aux 
combattants de l'EI de quitter Mossoul et d'épargner ainsi 
potentiellement aux habitants les risques d'un combat urbain, 
rue par rue. 
    Ces douze derniers jours, depuis le déclenchement de la 
bataille de Mossoul le 17 octobre, les soldats irakiens, les 
éléments des forces de sécurité ainsi que les peshmergas kurdes 
ont progressé sur trois axes (en provenance du sud - le long du 
fleuve Tigre -, de l'est et du nord-est) en direction de Mossoul 
où vivraient encore 1,5 million d'habitants. 
    Officiellement, les FMP ne rendent de comptes qu'au 
gouvernement du Premier ministre irakien Haïdar al Abadi mais 
elles entretiennent des liens étroits avec l'Iran. 
     
    INQUIÉTUDE DE LA TURQUIE 
    Selon Amnesty International, ces milices chiites se sont 
rendues coupables "de graves violations des droits de l'homme, y 
compris de crimes de guerre" contre des civils fuyant des 
territoires tenus par les djihadistes de l'EI.   
    En juillet, l'Onu a dressé une liste de 640 hommes et 
adolescents de confession sunnite enlevés par les FMP à 
Falloudja et une liste de 50 autres exécutés de manière sommaire 
ou torturés à mort. 
    Cette offensive inquiète particulièrement la Turquie qui se 
pose en protectrice des populations sunnites et dispose de 
troupes déployées au nord de Mossoul sur le sol irakien malgré 
les protestations des autorités chiites de Bagdad. 
    Ankara a déjà annoncé que des mesures seraient prises en cas 
d'attaque sur Tal Afar dont la population était composée de 
Turkmènes sunnites et chiites jusqu'à la fuite des chiites lors 
de la prise de la ville par l'EI il y a deux ans. 
    Sur le front sud de la bataille de Mossoul, les frappes 
aériennes se sont poursuivies samedi matin tandis que 
résonnaient des tirs d'artillerie. Les djihadistes de l'EI ont 
répliqué à la mitrailleuse et au mortier. 
    Les forces irakiennes ont atteint le village d'Al Choura, à 
une trentaine de kilomètres au sud de la ville, mais leur 
progression sur l'axe sud est moins rapide que celle des forces 
engagées sur le front est, où les peshmergas et les forces 
d'élite irakiennes ne sont plus qu'à quelques kilomètres de 
Mossoul. 
     
    VOIR AUSSI 
    GRAPHIQUE La bataille de Mossoul http://tmsnrt.rs/2cMNG3q    
    LE POINT sur la bataille de Mossoul   
 
    <^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ 
GRAPHIQUE La bataille de Mossoul     http://tmsnrt.rs/2cMNG3q 
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^> 
 (avec Michael Georgy près de Bachika; Pierre Sérisier et 
Henri-Pierre André pour le service français) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.