Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les migrants ne peuvent choisir où s'installer, dit Berlin

Reuters13/09/2015 à 14:56

BERLIN/MUNICH, 13 septembre (Reuters) - Le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière, a estimé dimanche que les réfugiés affluant massivement en Europe ne devaient pas pouvoir choisir eux-mêmes où ils s'installent. L'Allemagne, économie la plus riche d'Europe, attire nombre de personnes fuyant la guerre et la misère en Syrie et en d'autres points du Moyen-Orient et en Afrique. Selon la police, 13.000 migrants sont arrivés à Munich durant la seule journée de samedi et 1.400 nouveaux arrivants ont été comptabilisés dimanche matin à la gare centrale de la capitale bavaroise. "Nous ne pouvons pas permettre que les réfugiés choisissent librement où ils veulent rester. Ce n'est le cas nulle part ailleurs dans le monde", déclare le ministre allemand dans une interview que publie le journal Der Tagesspiegel. "Notre devoir n'est pas de verser des allocations prévues par le droit allemand à des réfugiés qui ont été attribués à un autre pays de l'UE et qui, ensuite, viennent malgré cela en Allemagne", ajoute Thomas de Maizière. Les ministres de l'Intérieur des 28 pays de l'Union européenne doivent se retrouver lundi à Bruxelles pour débattre des propositions de la Commission européenne de répartir environ 160.000 demandeurs d'asile à travers les Etats membres. Le Premier ministre tchèque, Bohuslav Sobotka, a déclaré dimanche que son pays ne pouvait pas revenir sur sa position consistant à rejeter le principe de quotas obligatoires de migrants fixés pour les Etats membres de l'UE. REDUIRE LES ALLOCATIONS "J'estime qu'il est impossible de revenir sur notre position (concernant les quotas). Notre position est ferme et définitive", a-t-il dit à la télévision nationale. Les tensions montent en Allemagne, où les Länder se plaignent du fardeau de plus en plus lourd provoqué par le plus important afflux de réfugiés en Europe depuis des décennies. Pour le commissaire européen à l'Economie numérique et à la société, l'Allemand Günther Oettinger, l'Allemagne doit revoir à la baisse les allocations qu'elle verse aux demandeurs d'asile, afin d'attirer moins de réfugiés. "Les allocations versées aux demandeurs d'asile en Allemagne doivent être ajustées, de sorte qu'elles s'alignent sur celles versées dans les autres pays de l'UE", dit-il dans les colonnes du Welt am Sonntag. "Nous devons harmoniser les versements faits aux demandeurs d'asile en Europe, car s'il y a des différences au sein de l'UE, cela crée de mauvais stimulants", ajoute-t-il. Depuis le 31 août, 63.000 réfugiés sont arrivés à Munich et de l'avis de l'administrateur bavarois Christoph Hillenbrand, Munich ne pourra pas indéfiniment faire face à un tel afflux. "Il n'est pas viable pour nous d'accueillir chaque jour l'équivalent de la population d'une petite ville. Sur un plan logistique, ce n'est tout bonnement plus tenable", ajoute-t-il. De son côté, le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a plaidé dimanche pour la mise en place de centres d'accueil et de contrôle aux frontières extérieures de l'espace Schengen, face à l'afflux massif de réfugiés, en provenance notamment du Proche-Orient (voir ID:nL5N11J0BA ). En Autriche, les autorités s'attendaient à l'arrivée dimanche de milliers de nouveaux migrants en provenance de Hongrie. (Michelle Martin et Jens Hack; Eric Faye pour le service français, édité par Véronique Tison)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.