Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les médecins du Samu devront-ils bientôt seconder les pilotes d'hélico ?

Le Parisien15/07/2014 à 15:23

Les médecins du Samu devront-ils bientôt seconder les pilotes d'hélico ?

Une réglementation européenne pourrait bientôt contraindre les médecins du Samu français à seconder les pilotes d'hélicoptère dans certaines manœuvres. A compter du 28 octobre, un «membre d'équipage technique» sera obligatoire, en plus du pilote, lors de certaines missions héliportées. Or cet assistant technique ne sera «pas nécessairement» un employé de l'entreprise de transport, précise l'Aviation civile. La tâche pourra donc incomber à un membre de l'équipe médicale, infirmier ou médecin. De quoi faire grincer des dents dans un secteur déjà sous pression. Urgentistes et soignants pointent la nécessité d'une véritable formation et de limites claires aux compétences de chacun.

Une mini-grève mercredi

Le SNPNAC, un des principaux syndicats des pilotes, juge ce mardi «inacceptable» de confier cette tâche à des personnels dont ce n'est pas le «métier principal» et appelle à une grève d'une heure mercredi. La réglementation des programmes de formation des équipages techniques édicte qu'ils doivent «a minima» surveiller le ciel, pour éviter une collision, et effectuer un contrôle visuel au décollage et à l'atterrissage. Les missions de secours concernées représentent le tiers des 20 000 à 25 000 interventions annuelles du Samu héliporté.

Recourir au personnel médical déjà à bord est l'option jugée la plus probable par les professionnels interrogés parce qu'elle sera la moins coûteuse pour les contribuables : «Vu les budgets et les restrictions actuelles», Nicolas Letellier, président de l'Association française des médecins utilisateurs d'hélicoptères sanitaires hospitaliers, n'est pas opposé à ce que les médecins aident les pilotes. Selon lui, ils les assistent déjà souvent. «On est tout à fait prêts à continuer. Mais s'il s'agissait de faire autre chose qu'aider à «voir et éviter», là, ce n'est plus du tout dans notre champ de compétence», prévient-il.

Des «flous» à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.