Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les maladies menacent gravement le vignoble en France-rapport

Reuters17/07/2015 à 12:21

PARIS, 17 juillet (Reuters) - Le vignoble français est touché par des maladies qui affectent sa productivité, entraînant des pertes d'un milliard d'euros par an et le risque de voir disparaître de nombreux exploitants, peut-on lire dans un rapport parlementaire publié vendredi. Les deux rapporteurs, la socialiste Catherine Quéré et le Républicain Jean-Marie Sermier, estiment que cette crise, qui touche aussi l'Espagne et la Hongrie, "n'est pas sans rappeler" celle du phylloxera qui ravagea le vignoble français au XIXe. Les maladies qui l'affectent actuellement sont cryptogamiques - dues à un champignon comme l'esca -, l'eutypiose ou bien encore d'origine parasitaire (insectes, acariens, vers, virus, bactéries) comme la flavescence dorée. Lorsqu'une parcelle est atteinte à 20% ou plus par la flavescence dorée, l'arrachage de l'ensemble s'impose. "Le taux de progression moyen des seules maladies du bois, mesuré en terme de ceps improductifs, est de l'ordre de 0,5 à 1% en moyenne par an avec de fortes variations selon les cépages et les aires de production", peut-on lire dans le rapport. Ces maladies n'affectent pas la qualité du vin mais la productivité et 12% du vignoble au moins est improductif, ce qui entraîne des pertes annuelles de production de 3 à 5 millions d'hectolitres, soit "de l'ordre d'un milliard d'euros par an". Les deux rapporteurs disent avoir acquis la conviction que les maladies de la vigne en France, en Espagne ou en Hongrie, où ils se aussi sont rendus, comme celle des oliviers en Italie, sont annonciatrices "de transformations profondes des modes d'exploitation agricoles" et des modèles économiques. EFFORTS "INSUFFISANTS" Ils s'inquiètent que la mise en oeuvre de clones plus résistants "nécessite une durée de recherche et d'expérimentation qui ne correspond pas à la vitesse actuelle de propagation des maladies du vignoble". Jugeant "insuffisant" l'effort dans ce domaine de la recherche, ils proposent notamment de mettre en place une meilleure coordination des observations sur le terrain et de renforcer les contrôles aux frontières comme c'est le cas en Corse pour enrayer la propagation en provenance d'Italie du xylella fastidiosa, une bactérie qui frappe les oliviers et est transmissible à la vigne. "Il est urgent de ne pas attendre car si tous ne mourront pas, tous à des degrés divers, sont d'ores et déjà frappés", concluent les deux députés. Le rapport précise que la France, qui produit 16% du vin mondial et en consomme 14%, est le premier producteur de vin au monde avec 46,2 millions d'hectolitres produits en 2014. La viticulture française représente 15% de la valeur de la production agricole pour seulement 3% des surfaces utilisées et 68.500 exploitants, avec 550.000 emplois dans ce secteur. En 2013, poursuit le rapport, le chiffre d'affaires à l'export des vins a atteint 7,6 milliards d'euros, ce qui représente la vente de 13,7 millions d'hectolitres. (Emile Picy, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.