Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les Libanais marquent le premier anniversaire de leur "révolution"
AFP17/10/2020 à 11:32

Mise en place d'un monument métallique le 16 octobre 2020 à Beyrouth qui marque le début du soulèvement populaire au Liban il y a un an ( AFP / JOSEPH EID )

Mise en place d'un monument métallique le 16 octobre 2020 à Beyrouth qui marque le début du soulèvement populaire au Liban il y a un an ( AFP / JOSEPH EID )

Les Libanais marquent samedi le premier anniversaire de leur mouvement de contestation populaire, qui a secoué l'élite politique mais n'est pas parvenu à engager de véritables réformes.

Trois chefs du gouvernement ont démissionné depuis le début du mouvement il y a un an mais les principales personnalités politiques occupent toujours le pouvoir malgré les pressions au Liban et à l'international.

Les protestants doivent manifester samedi à 15H00 (12H00 GMT) en direction du port de Beyrouth, où une puissante explosion le 4 août a fait plus de 200 morts et plus de 6.500 blessés.

Une veillée aux chandelles est prévue à 18H07 (15H07 GMT), heure précise de l'explosion dont la responsabilité est largement imputée à la négligence des autorités.

Les protestataires ont également installé, près du site de la déflagration, une statue pour marquer l'anniversaire de la "révolution" du 17 octobre.

"Nous ne considérons toujours pas" nos dirigeants politiques comme légitimes, a affirmé Melissa, 42 ans et très impliquée dans le mouvement. "Nous sommes toujours dans la rue (...), ensemble face au gouvernement corrompu".

Les protestations avaient débuté à l'automne 2019 en raison d'un projet gouvernemental visant à taxer les appels via l'application Whatsapp, puis s'étaient transformées en un mouvement national d'une ampleur inédite pour exiger le remaniement complet de la classe politique au pouvoir depuis des décennies et perçue comme incompétente et corrompue.

Le pays fait face à la pire crise économique depuis la guerre civile (1975-1990) et de plus en plus de Libanais sombrent dans la pauvreté, le chômage et la faim, poussant nombre d'entre eux à tenter leur chance à l'étranger.

Le pays n'est pas non plus épargné par l'épidémie de nouveau coronavirus, qui a amené les autorités à interdire les manifestations et les rassemblements publics. Mais même avec une capacité de mobilisation affaiblie, beaucoup arguent que la rancoeur n'a fait qu'augmenter.

Mise en place d'un monument métallique le 16 octobre 2020 à Beyrouth qui marque le début du soulèvement populaire au Liban il y a un an ( AFP / JOSEPH EID )

Mise en place d'un monument métallique le 16 octobre 2020 à Beyrouth qui marque le début du soulèvement populaire au Liban il y a un an ( AFP / JOSEPH EID )

"L'an II de la thaoura", titre en première page le quotidien francophone L'Orient-Le Jour, reprenant le mot arabe signifiant "révolution" et utilisé par la majorité des Libanais pour se référer au mouvement de protestation.

A Tripoli (nord), surnommée "la mariée de la révolution" pour l'enthousiasme de ses habitants dans la contestation, les rassemblements ont débuté dès vendredi soir.

"Nous saluons notre révolution qui, nous le croyons, continue toujours et ne mourra pas tant que nos exigences n'auront pas été satisfaites", a affirmé Taha Ratl, un manifestant de 37 ans.

"Nous voulons qu'ils partent tous", a-t-il ajouté en référence aux dirigeants.

bur-lar/ho/vg/elm

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • CHANOMAR
    17 octobre18:32

    ah une image de reconstruction comme en France les politiciens que ne comprennent pas le peuple qui les saignes avec des lois liberticides sur l agriculture ,les voitures ,l industrie

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer