Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les Kurdes de Turquie appellent à aller combattre l'EI en Syrie

Reuters21/09/2014 à 16:00

(actualisé avec HCR) par Daren Butler et Jonny Hogg ANKARA/SURUC, Turquie, 21 septembre (Reuters) - La Turquie doit faire face à l'un des plus importants afflux de réfugiés à ses frontières depuis le début du conflit en Syrie en 2011, a déclaré dimanche le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). L'arrivée d'au moins 70.000 personnes en Turquie en moins de deux jours a été confirmée, mais le chiffre réel pourrait être supérieur à 100.000, a dit à Reuters Carol Batchelor, représentante du HCR en Turquie. Les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) se sont emparés de 64 villages proches de la frontière depuis le début de leur offensive mardi, et leurs combattants, au nombre de plusieurs milliers, se rapprochent de la ville-frontière d'Aïn al Arabe, appelée Kobani en kurde. Samedi, ils ont exécuté au moins 11 civils, dont deux garçons, a déclaré dimanche l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). "Je ne crois pas qu'en trois ans et demi nous ayons déjà vu 100.000 personnes franchir la frontière en deux jours", a dit Batchelor dans une interview à Ankara, la capitale turque. Après avoir tout d'abord refoulé les réfugiés, les autorités turques ont ouvert vendredi certains tronçons de la frontière pour permettre aux civils, essentiellement des femmes, des enfants et des personnes âgées, de retrouver la sécurité en terre turque. Les rebelles kurdes de Turquie ont renouvelé leur appel à aller combattre dans le nord de la Syrie pour contrer l'offensive du groupe Etat islamique. Un député kurde de Turquie s'étant rendu à Kobani samedi rapporte que les habitants lui ont déclaré que les combattants de l'EI décapitaient des gens en progressant de villages en villages. "Plus qu'une guerre, c'est une opération de génocide (...) Ils vont dans les villages et coupent la tête d'une ou deux personnes et les brandissent devant les villageois", a déclaré Ibrahim Binici, élu du parti turc pro-kurde HDP, à Reuters. "C'est vraiment une situation honteuse pour l'humanité", a-t-il ajouté, en réclamant une réaction de la communauté internationale. Cinq de ses collègues députés prévoient d'entamer une grève de la faim devant les locaux de l'Onu à Genève pour inciter les gouvernements à agir, a-t-il dit. UN OBJECTIF STRATEGIQUE Selon l'OSDH, qui tente de rendre compte du conflit civil en Syrie, des combats se sont poursuivis dans la nuit de samedi à dimanche autour de Kobani. Dix combattants de l'Etat islamique ont péri, ce qui porte le bilan dans leurs rangs à au moins 39 morts dans cette offensive. Au moins 27 combattants kurdes ont été tués. Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), mouvement séparatiste ayant pris les armes en 1984 contre l'Etat turc, a renouvelé son appel aux jeunes kurdes du sud-est de la Turquie à aller combattre pour la défense de Kobani. "Soutenir cette résistance héroïque n'est pas seulement une dette d'honneur des Kurdes mais de tous les habitants du Proche-Orient. Simplement apporter son soutien n'est pas suffisant, le critère doit être de prendre part à la résistance", écrit le PKK sur son site internet. "Le fascisme de (l'Etat islamique) doit se noyer dans le sang qu'il répand (...) La jeunesse du Nord-Kurdistan (le sud de la Turquie-NDLR) doit affluer par vagues à Kobani", ajoute-t-il. Une station de radio émettant de Kobani a diffusé des chants patriotiques kurdes évoquant des martyrs et des combattants héroïques, que des auditeurs écoutaient dans leurs voitures en Turquie. Des messages du chef militaire kurde Murat Karayilan ont aussi été diffusés pour tenter de mobiliser des combattants. Le HCR et les autorités turques disent se préparer à l'arrivée possible de centaines de milliers de personnes supplémentaires dans les prochains jours. Kobani avait jusqu'à présent été relativement épargnée par le conflit en Syrie, ce qui fait que 200.000 déplacés y avaient trouvé refuge avant l'offensive de l'EI, selon les estimations du HCR. Pour les djihadistes, cette ville revêt une importance stratégique en raison de sa proximité avec la frontière. Sa prise leur permettrait de consolider leurs territoires dans le nord de la Syrie. (avec Sylvia Westall à Beyrouth et Stephanie Nebehay à Genève; Bertrand Boucey et Eric Faye pour le service français)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.