1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les Jeunes de l'UMP : "Sarkozy, si tu reviens, on annule tout"

Le Point24/09/2013 à 10:40

Des jeunes supporteurs de Nicolas Sarkozy, lors du grand rassemblement UMP place de la Concorde, le 15 juillet 2012.

Non, l'UMP ne va pas mal. Les Jeunes Populaires vous le soutiendront avec une force de conviction désarmante. Garde montante du "premier parti de France", ils refusent de s'abandonner à ce qu'ils qualifient de "pessimisme ambiant". L'UMP va bien, merci. Elle a connu une crise, certes, peut-être "la plus grave de l'histoire de la Ve République", mais elle a survécu. Elle s'est relevée. Et elle s'apprête à envoyer le PS sur les roses aux municipales. De quoi être plutôt fier, finalement. Le discours peut sembler naïf, il n'en est pas moins sincère. L'écoeurement, la tentation de déchirer sa carte, l'épuisement d'une campagne interne qui n'en finissait plus..., c'était l'an dernier. Aujourd'hui, les Jeunes Pop sont confiants, prêts à reconquérir la France. Leurs troupes, selon eux, ne cessent d'ailleurs de s'étoffer ces derniers mois, en réaction à "l'incompétence du gouvernement socialiste". "On est plus de 20 000 jeunes et, tous les jours, d'autres s'engagent", rapporte Stéphane Tiki, en charge des nouveaux adhérents. La fédération des Hauts-de-Seine a par exemple compté près de 300 adhésions supplémentaires rien que depuis le mois de juillet. Des petits nouveaux comme Antoine Duffour, 23 ans, qui s'est encarté fin août, poussé par "le contexte suffisamment grave". Ou comme Caroline Guion, 19 ans, qui, après "un long processus de réflexion", a décidé de faire son "coming-out" pour s'impliquer aux prochaines élections, parce qu'elle...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer