Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

VOLKSWAGEN VZ

171.36EUR
-0.95% 
Ouverture théorique 0.00

DE0007664039 VOW3

Stuttgart données temps différé
Politique d'exécution
  • ouverture

    173.24

  • clôture veille

    173.00

  • + haut

    173.40

  • + bas

    170.56

  • volume

    14 169

  • valorisation

    84 824 MEUR

  • capital échangé

    0.00%

  • dernier échange

    20.04.18 / 21:55:02

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.00

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.00

  • Éligibilité

    Non éligible Boursorama

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

    Ajouter VOLKSWAGEN VZ à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter VOLKSWAGEN VZ à mes listes

    Fermer

Les investissements en "pétrodollars" risquent de souffrir

Reuters19/01/2015 à 21:49

par Andrew Torchia et David French DUBAI, 19 janvier (Reuters) - La chute des prix du pétrole risque de contraindre les fonds d'investissement souverains du Golfe à retirer plusieurs dizaines de milliards d'euros des marchés mondiaux cette année. Nombre d'entre eux devraient toutefois poursuivre leurs investissements à long terme dans les infrastructures et l'immobilier, en particulier dans les pays en développement, jugés plus attractifs que l'Europe. Les fonds souverains des six Etats du Conseil de coopération du Golfe (CCG) sont devenus ces dernières années des investisseurs financiers de premier plan. Destinées à diversifier les économies de la région en dehors des hydrocarbures, ces structures ont acquis par exemple des participations dans de grandes multinationales, comme Total TOTF.PA ou Volkswagen VOWG_p.DE , ou encore dans l'immobilier européen. En incluant les actifs étrangers de la banque centrale saoudiennes, ces fonds souverains représentent aujourd'hui un total d'environ 2.430 milliards de dollars (2.090 milliards d'euros) selon le Fonds monétaire international (FMI), des sommes dont la majeure partie est investie hors de la région. Mais la chute de 60% en sept mois du prix du baril risque fort de briser leur élan en réduisant fortement les revenus des exportations pétrolière, des "pétrodollars" qui constituent leur principale source de capitaux. Capital Economics estime qu'avec un Brent à 60 dollars le baril en moyenne cette année, le CCG accusera un déficit courant de 60 milliards de dollars, le premier depuis 1998. Cela pourrait tarir totalement les flux de pétrodollars vers les fonds souverains. Et ces flux pourraient même s'inverser: certains gouvernements vont probablement liquider certains actifs pour combler leur déficit budgétaire et compenser la baisse des recettes. Si le Brent reste à son niveau actuel, proche de 50 dollars, tous les pays du CCG afficheront un budget déficitaire. Les déficits devraient toutefois rester limités par rapport à la taille des fonds souverains et ceux-ci éviteront des ventes massives et forcées, estiment banquiers et analystes. L'Abu Dhabi Investment Authority, la Qatar Investment Authority et le fonds souverain d'Oman ont refusé de commenter ces informations. Le fonds souverain de Bahrein Mumtalakat, la Kuwait Investment Authority, le ministère saoudien des Finances et l'Agence monétaire saoudienne n'ont pas répondu dans l'immédiat à une demande de commentaire. L'ARABIE SAOUDITE EN PREMIÈRE LIGNE C'est l'Arabie saoudite qui pourrait devoir retirer le plus de fonds des marchés internationaux. Les actifs étrangers détenus par sa banque centrale représentaient en novembre l'équivalent de 732 milliards de dollars, dont 545 milliards de titres et 131 milliards de dépôts dans des banques hors du royaume. Ces actifs passent pour être en grande majorité libellés en dollar américain. Le gouvernement saoudien prévoit pour 2015 un déficit budgétaire record de 38,7 milliards de dollars. Or les analystes estiment que ce calcul est fondé sur un cours moyen d'environ 60 dollars le baril; si le Brent reste à son niveau actuel, le déficit pourrait donc se situer entre 50 et 60 milliards. Un tel trou pourrait être comblé en empruntant ou en puisant dans les dépôts auprès des banques saoudiennes. Mais les dirigeants du pays ont tendance à éviter la dette et ne souhaiteront sans doute pas pénaliser l'économie nationale en faisant diminuer les liquidités du système bancaire. Ainsi, la majeure partie, sinon la totalité du comblement du déficit pourrait reposer sur les actifs étrangers. C'est la solution qu'avait choisie Ryad en 2009, le dernier exercice déficitaire. Cette année-là, les investissements de la banque centrale à l'étranger avaient diminué de 7% et ses dépôts à l'étranger de 12%, avant de renouer avec la croissance en 2010. Ailleurs dans le Golfe, ce sont Oman et Bahrein qui risquent le plus de devoir rapatrier des investissements mais leurs fonds souverains sont relativement modestes (19 milliards de dollars pour le premier et 11 milliards pour le second selon le FMI). Les Emirats arabes unis, le Qatar et le Koweit passent pour mieux supporter, sur le plan budgétaire, la baisse des cours du brut que l'Arabie saoudite. Leurs besoins en termes de cessions d'actifs pourraient donc rester limités et le rendement des fonds existants pourrait même suffire à couvrir leur déficit. "Quand vous avez un fonds de 500 à 600 milliards de dollars, rien que les revenus du fonds vous assurent environ 20 milliards de dollars par an à dépenser", explique un dirigeant bancaire à Doha. (Marc Angrand pour le service français)

Valeurs associées


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.