Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les intermittents menacent les festivals d'été

Reuters05/06/2014 à 21:05

LES INTERMITTENTS MENACENT LES FESTIVALS D'ÉTÉ

PARIS (Reuters) - Les intermittents du spectacle font planer une menace sur la tenue des festivals d'été pour contraindre le gouvernement à refuser d'entériner l'accord sur l'assurance chômage du 22 mars et rouvrir les négociations avec les partenaires sociaux.

Le ministre du Travail, François Rebsamen, a affirmé mercredi qu'il signerait la nouvelle convention de l'Unedic, parce que "l'existence même" de ce régime "était gravement menacée par le Medef".

L'organisation patronale proposait initialement d'aligner le régime des intermittents, qui les indemnise entre deux spectacles, sur le droit commun ou, à défaut, de mettre à la charge de l'Etat son surcoût évalué à 320 millions d'euros.

Mais la solution retenue par les partenaires sociaux "garantit l'essentiel des droits à l'indemnisation des intermittents et protège notamment les plus précaires d'entre eux", a estimé François Rebsamen devant les députés.

Or, les artistes et techniciens du spectacle jugent l'accord insuffisant et tentent par une stratégie de harcèlement d'ouvrir une brèche au sein même du gouvernement.

Après le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis et la maire PS de Lille, Martine Aubry, celle de Paris, Anne Hidalgo, a réclamé la réouverture des discussions, selon Le Monde.fr.

"Cet accord ne me semble pas à la hauteur d'une réforme progressiste et nécessaire du statut de l'intermittence", écrit-elle à François Rebsamen.

Dans Libération, une soixantaine de directeurs de théâtres, de festivals et de compagnies en appellent au Premier ministre, Manuel Valls. "Il serait sage d'entendre enfin la juste colère des artistes, des techniciens, des professionnels de la culture", écrivent-ils.

Sur le terrain, différents collectifs tentent de faire monter la pression, menaçant par exemple de déclarer personae non grata les membres du gouvernement dans les festivals.

MENACE SUR LE PRINTEMPS DES COMÉDIENS

A Montpellier, la première représentation de La Traviata de Verdi à l'Opéra-Comédie de la ville a été annulée mercredi soir après l'occupation du plateau par plusieurs centaines d'intermittents.

Dans la foulée, une grève des techniciens du Théâtre national de Toulouse (TNT) a provoqué l'annulation de la "Nuit des Publivores" qui devait être projetée jeudi soir, selon la Coordination des intermittents et précaires (CIP).

Les techniciens de l'équipe de "Plus Belle la Vie" à Marseille ont voté la grève pour vendredi, précise-t-elle.

Parallèlement, l'équipe du Printemps des Comédiens, qui se déroule également à Montpellier, est en grève depuis mardi, ce qui laisse planer un doute sur la tenue du festival.

Plusieurs antennes du ministère du Travail ont été occupées mercredi à Marseille, Metz et Nancy, selon la CGT Spectacle, qui appelle à une journée d'action le 16 juin, à l'occasion du Conseil national des professions du spectacle (CNPS).

Les détracteurs du régime des intermittents du spectacle mettent en avant le fait que 100.000 personnes perçoivent plus de 1,3 milliard d'euros pour 240 millions de cotisations.

La nouvelle convention Unedic plafonne le cumul revenus d'activités-indemnités des intermittents à 175% du plafond de la Sécurité sociale, soit 5.475,75 euros bruts par mois.

Elle introduit un délai de carence pour leur prise en charge par l'assurance chômage et augmente le taux global de leurs cotisations et de celles de leurs employeurs de 10,8% à 12,8%.

Face à la mobilisation, la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, a évoqué mardi des "pistes", comme des "Assises de l'intermittence", ou un fonds d'aide aux intermittents les plus précaires.

Mais ces propositions ont ravivé la colère des intermittents, qui refusent "une oeuvre de charité pour nos pauvres" et réclament "un accord juste et équitable".

"Nous attendons d'un gouvernement de gauche autre chose que des assises dilatoires et la promesse d'une caisse de bienfaisance", écrivent les directeurs de théâtre et de festivals dans Libération.

(Gérard Bon, avec Emanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.