1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les insectes, un déclin mondial sans précédent
AFP12/02/2019 à 17:51

Près de la moitié des espèces d'insectes, essentiels aux écosystèmes comme aux économies, sont en déclin rapide dans le monde entier, alerte une étude qui met en garde contre un "effondrement catastrophique" des milieux naturels.

"La conclusion est claire: à moins que nous ne changions nos façons de produire nos aliments, les insectes auront pris le chemin de l'extinction en quelques décennies", soulignent les auteurs de ce bilan "effrayant", synthèse de 73 études, qui pointe en particulier le rôle de l'agriculture intensive.

Aujourd'hui, environ un tiers des espèces sont menacées d'extinction "et chaque année environ 1% supplémentaire s'ajoute à la liste", ont calculé Francisco Sanchez-Bayo et Kris Wyckhuys, des universités de Sydney et du Queensland.

Ce qui équivaut, notent-ils, "au plus massif épisode d'extinction" depuis la disparition des dinosaures.

"La proportion d'espèces d'insectes en déclin (41%) est deux fois plus élevée que celle des vertébrés et le rythme d'extinction des espèces locales (10%) huit fois plus," soulignent-ils.

Quand on parle de perte de biodiversité, le sort des grands animaux capte souvent l'attention. Or les insectes sont "d'une importance vitale pour les écosystèmes planétaires": "un tel événement ne peut pas être ignoré et devrait pousser à agir pour éviter un effondrement des écosystèmes naturels qui serait catastrophique", insistent les scientifiques, dans ces conclusions à paraître dans la revue Biological Conservation.

Exemple de service vital rendu par les insectes, et sans doute le plus connu, la pollinisation des cultures.

A l'inverse, exemple d'impact de leur disparition sur toute la chaîne alimentaire: le déclin "vertigineux" des oiseaux des campagnes révélé en France en 2018.

"Il n'y a quasiment plus d'insectes, c'est ça le problème numéro un", expliquait alors un des auteurs de l'étude française, Vincent Bretagnolle: car même les volatiles granivores ont besoin d'insectes à un moment dans l'année, pour leurs poussins...

- papillons, coccinelles, fourmis -

Selon une étude parue fin 2017 et basée sur des captures réalisées en Allemagne, l'Europe aurait perdu près de 80% de ses insectes en moins de 30 ans, contribuant à faire disparaître plus de 400 millions d'oiseaux.

Oiseaux, mais aussi hérissons, lézards, amphibiens, poissons... tous dépendent de cette nourriture.

A l'origine de cette chute des insectes, les chercheurs australiens désignent la perte de leur habitat (urbanisation, déforestation, conversion agricole) et le recours aux pesticides et engrais de synthèse, au coeur de l'intensification des pratiques agricoles ces soixante dernières années.

L'étude se base notamment sur les cas de l'Europe et des États-Unis, où l'on dispose des suivis les plus réguliers. "Mais vu que ces facteurs s'appliquent à tous les pays du monde, les insectes ne devraient pas s'en tirer différemment dans les pays tropicaux et en développement".

A ces raisons s'ajoutent les agents pathogènes (virus, parasites), les espèces invasives et enfin le changement climatique mais surtout à ce stade dans les régions tropicales.

Le recul des insectes, qui forment les deux tiers des espèces terrestres, remonte au début du XXe siècle, mais s'est accéléré dans les années 1950-60 pour atteindre "des proportions alarmantes" ces 20 dernières.

Parmi les plus affectés, les lépidoptères (les papillons), les hyménoptères (abeilles, guêpes, fourmis, frelons... présents sur tous les continents sauf en Antarctique) et les coléoptères (scarabées, coccinelles).

Quelque 60% des espèces de bousiers sont ainsi sur le déclin dans le bassin méditerranéen. Et une espèce d'abeilles sur six a disparu au niveau régional, dans le monde.

Les insectes aquatiques ne sont pas épargnés, qu'il s'agisse des libellules ou des éphémères.

"Restaurer les habitats, repenser les pratiques agricoles, avec en particulier un frein sérieux à l'usage de pesticides et leur substitution par des pratiques plus durables, s'imposent urgemment", soulignent les auteurs du rapport, qui appellent aussi à assainir les eaux polluées, en ville comme en milieu rural.

49 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • 445566ZM
    13 février14:19

    Effectivement, l'été dernier je n'ai pas vu de vraies abeilles dans mon jardin.

    Signaler un abus

  • nayara10
    13 février00:18

    Nos terres à blés sont soit rachetées par les chinoix ou soit transformées en logements sociaux pour les nouveaux arrivants .....Il me semble qu'on des impôts pour l'écologie et sauver la Planète .Voyez tout cela avec nos écoloresponsables....

    Signaler un abus

  • M7403983
    12 février20:39

    Comme je le dis depuis de nombreuses années, il a trop de monde sur terre. Bouffer des insectes , Est-ce l'avenir sur cette terre ? Nous courrons à notre perte. Notre planète n'est pas faite pour nourrir 10 mds d' êtres humains et plus .... C'est UNE EVIDENCE.

    Signaler un abus

  • M7163258
    12 février18:40

    rilloutto Que faites vous des systèmes de retraites à la française ou ce sont les actifs qui payent la retraite des "anciens" pas à la SNCF ni à EDF et quelques autres richement pourvu en syndicats , des lieux où ils partent jeunes payés par ceux qui partent moins jeunes et touchent moins...

    Signaler un abus

  • M7163258
    12 février18:36

    rilloutto ". expliquez moi alors , puisque je suis bete, si on freine les naissances, que devient le capitalisme ?" Je pense sincèrement que vous l'êtes ou alors votre anticapitalisme primaire vous aveugle...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer