Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les indignés français ne mobilisent pas les foules

Reuters15/10/2011 à 22:01

PARIS (Reuters) - Des groupes de centaines d'"indignés" ont manifesté samedi en France comme dans plus de 80 pays de la planète pour dénoncer le poids de la finance et réclamer une "démocratie réelle".

Au pays de Stéphane Hessel, auteur d'"Indignez-vous", qui a donné son nom au mouvement à travers le monde, la mobilisation est restée jusqu'ici limitée.

Ceux qui se surnomment "les 99%" et ne tolèrent plus la "cupidité" des 1% les plus favorisés se sont néanmoins fait entendre dans une trentaine de villes de province.

A Paris, différents groupes se sont rassemblés en début d'après-midi devant les gares, place du Châtelet et dans le quartier de Belleville, notamment.

Tous ont ensuite convergé vers 17h00 devant l'Hôtel de ville pour tenir une "assemblée populaire", selon le mouvement "Démocratie réelle maintenant".

Les manifestants étaient plus d'un millier selon une porte-parole, et exactement mille d'après la préfecture de police.

Un groupe parti de la gare Saint-Lazare était auparavant passé devant la Bourse, à l'appel notamment de Occupy France, soutenant particulièrement les occupants de Wall Street.

"LA RÉPUBLIQUE, C'EST NOUS"

Les "indignés" étaient environ 500 à Grenoble, selon les organisateurs, mais seulement une centaine à Marseille où ils se sont regroupés sur la place du général De Gaulle, à proximité de la chambre de commerce.

A Nantes, une centaine de personnes se sont rassemblées sur la place Royale, une zone piétonne du centre-ville sur laquelle quatre banques ont installé des succursales.

"Je suis ici pour pointer les incohérences du système", explique Géraldine, une salariée du secteur socio-culturel, qui a revêtu la robe blanche et le bonnet phrygien rouge de Marianne, figure de la République française.

"On nous demande d'aller voter pour des choses qui sont déjà décidées. Or, la République, c'est nous, pas le type qui a fait l'ENA !", ajoute-t-elle.

Un peu plus loin, Robin Salecroix, un agent administratif de 20 ans, explique que le but est de "rassembler un maximum de citoyens contre la dictature des marchés et des banques, et reprendre la main sur la politique".

A Toulouse, près de 500 "indignés" selon la police, plus de 1.000 selon les organisateurs, ont défilé samedi après-midi dans les rues du centre de la ville.

"Si je défile aujourd'hui, c'est parce qu'il n'y a pas que les jeunes qui sont indignés", a dit à Reuters Arlette Lagarrigue, retraitée de l'enseignement.

"J'ai connu la mise en place du Conseil national de la Résistance, en 1947, qui avait été mis en place pour que nos jeunes aient un avenir. Aujourd'hui, ils n'en ont plus. Même le service public a été cassé !", ajoute-t-elle.

Les manifestants n'étaient qu'une centaine à Lyon, selon les organisateurs.

Rassemblés place Bellecour, au pied de la statue équestre de Louis XIV sur laquelle étaient accrochés des panneaux "un seul ennemi, le capital", ils ont exprimé leur souhait de "combattre les plans d'austérité, remettre la finance au pas et reprendre le pouvoir par le peuple".

"C'est la finance qui tient le monde, les Etats sont à genoux devant elle et on met les peuples dans la misère, c'est insupportable", déclare Claude, une participante venue d'Isère.

"Le monde part de plus en plus en vrille", s'inquiète Olivier, un Lyonnais de 29 ans qui participe pour la première fois au mouvement.

Les "indignés" peinent jusqu'à présent à attirer les foules en France.

Des chercheurs expliquent ce phénomène par le fait que le chômage des jeunes est moins massif qu'en Espagne, par exemple, que le mouvement syndical canalise déjà les revendications et que la France est en période électorale, à quelques mois de la présidentielle.

En outre, les forces de l'ordre ont systématiquement empêché les indignés français d'occuper durablement un lieu, comme les marches de l'Opéra Bastille à Paris.

Gérard Bon, avec Reuters TV et les correspondants de province

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.