Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

"Les idées d'extrême droite aspirent tout le débat politique, même à gauche", déplore Philippe Martinez
information fournie par Boursorama avec Media Services22/06/2021 à 12:58

Le secrétaire général de la CGT fustige également le "décalage" entre "les débats politiciens" et "les préoccupations de la jeunesse, beaucoup plus autour des questions sociales et environnementales".

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, le 26 octobre 2020.  ( AFP / GEOFFROY VAN DER HASSELT )

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, le 26 octobre 2020. ( AFP / GEOFFROY VAN DER HASSELT )

"Un scandale !" Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a vivement dénoncé mardi 22 juin, dans une interview aux journaux du groupe Ebra, "une sorte de glissement sécuritaire" des "politiques de gauche", dont Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste français (PCF) avec qui la CGT a longtemps eu des liens privilégiés.

Alors que Fabien Roussel a lancé sa campagne présidentielle sur le thème de la sécurité, Philippe Martinez s'est insurgé contre " un scandale ". "Que des politiques de gauche, (Fabien) Roussel, (Jean-Luc) Mélenchon, des socialistes, proposent ça, qu'ils attaquent le droit d'asile, les travailleurs détachés, c'est grave ! C'est une sorte de glissement sécuritaire et les idées d'extrême droite aspirent tout le débat politique, même à gauche ", a-t-il fustigé.

Philippe Martinez, qui a participé comme de nombreux militants PCF à la marche contre l'extrême droite du 12 juin, a affirmé ne pas "comprend(re) comment on peut manifester contre le racisme et prendre pour cible le droit d'asile…". "Nous, nous sommes clairs, nous nous battons pour la régularisation des sans-papiers", a-t-il affirmé.

Il a également déploré de manière générale le "décalage" entre "les débats politiciens" et "les préoccupations de la jeunesse , beaucoup plus autour des questions sociales et environnementales".

13 commentaires

  • 22 juin18:34

    La gauche a obtenu au delà du raisonnable. La droite s'est convertie. L'extrême droite n'existe pas c'est tout au plus un parti poujadiste, en rien un parti totalitaire. Le jour où à force de crier au loup un parti d'extrême gauche ou une religion prendra le pouvoir vous regretterez le front national. L'état est impuissant mais coute très cher et organise notre faillite