Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les "Humanistes" de l'UMP veulent se faire entendre

Reuters12/10/2011 à 21:47

PARIS (Reuters) - Une centaine de parlementaires de l'UMP ont annoncé mardi la naissance d'une sensibilité "humaniste" au sein du parti majoritaire, avec pour objectif de faire entendre leur voix lors de la campagne présidentielle face à la Droite populaire.

Envisagé depuis un certain temps, ce projet avait jusqu'il y a dix jours des allures d'arme anti-Jean-Louis Borloo, tant que le président du Parti radical semblait installé dans la course à l'Elysée après avoir claqué en avril la porte de l'UMP.

Le désistement de l'ancien ministre de l'Ecologie n'a pas changé la donne dans la mesure où l'UMP, soucieuse d'éviter une multiplication des candidatures à droite au premier tour de la présidentielle, se trouve dans l'obligation de séduire l'électorat modéré de centre-droit qui l'a déserté depuis 2007.

"On avait parfois l'impression que l'UMP fonctionnait sur une jambe. Nous voulons montrer que la droite humaniste, modérée est majoritaire au sein de l'UMP", a dit l'un des chefs de file de ce nouveau mouvement, le secrétaire d'Etat à la défense et aux Anciens combattants Marc Laffineur.

Bien qu'ils s'en défendent, les 103 parlementaires qui ont signé la charte du mouvement veulent faire pièce à la Droite populaire, l'aile droite de l'UMP qui s'est distinguée par des propositions musclées sur la sécurité et l'immigration depuis sa création en juin 2010.

LE PARTI RADICAL EN COLÈRE

L'autre leader des "Humanistes", le ministre des Affaires européennes Jean Leonetti, a souligné qu'ils ne cantonneraient pas leurs propositions dans des domaines où ils sont attendus, comme le social, la santé ou l'environnement, mais en feraient aussi sur la justice, la sécurité et l'immigration.

Il a ajouté que le mouvement n'était pas une "écurie présidentielle" et travaillerait à la réélection de Nicolas Sarkozy en 2012.

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a souligné que l'émergence du mouvement ne lui posait "aucun problème", rappelant qu'il faisait en sorte que toutes les sensibilités puissent s'exprimer au sein de la formation depuis qu'il en a pris les rênes fin 2010.

Un des chefs de file de la Droite populaire, Lionnel Lucca, a jugé positif que des sensibilités coexistent au sein de l'UMP.

Mais il a vu aussi dans le nouveau mouvement une "reconstitution de ligue dissoute", à savoir l'UDF, et n'a pu s'empêcher d'ironiser sur le nom retenu, déclarant : "Ça fait plaisir de savoir qu'il y a enfin des humanistes à droite!".

Le Parti radical a vivement réagi, déclarant par la voix de sa secrétaire générale adjointe Arlette Fructus que "l'UMP se cherche un peu tard non pas une seconde jambe mais une béquille."

"C'est à l'extérieur de l'UMP, au sein du Parti radical que les valeurs humanistes trouvent leur meilleur ambassadeur. Le Parti radical continuera en toute indépendance sa démarche de construction d'une aile humaniste et progressiste."

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.