1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les hévéaculteurs indonésiens attendent une hausse de production en 2013

Commodesk15/01/2013 à 15:37

Commodesk - Dans un contexte de mauvais temps au sud de la Thaïlande, en Malaisie et à Sumatra qui perturbe l'approvisionnement des marchés mondiaux, Gapkindo, l'association indonésienne des producteurs de caoutchouc, est optimiste pour 2013.

L'offre de caoutchouc est réduite temporairement par les aléas climatiques, ce qui va dans le sens des engagements de limitation des volumes exportés des quatre principaux producteurs, Indonésie, Thaïlande, Vietnam et Malaisie.

A la fin 2012, la production indonésienne a atteint 3,04 millions de tonnes, pour une superficie plantée en hévéas de 3,48 millions d'hectares, soit un rendement de 1.080 kg / ha. La production devrait parvenir à 3,18 millions de tonnes en 2013.

Pourtant, l'Indonésie reste moins productive que ses concurrents, le Vietnam à 1.760 kg / ha, la Thaïlande à 1.636 kg / ha et la Malaisie à 1.520 kg / ha. Cette faiblesse tient au fait que les producteurs indonésiens qui voudraient planter de meilleurs hévéas ne trouvent pas les semences nécessaires à un prix abordable pour renouveler leurs plantations, souligne l'association de producteurs.

D'autre part, 85% des exportations proviennent des petits producteurs, soit 2.2 millions de familles, qui ne sont pas toujours très soucieux de la qualité. Ils laissent dans le caoutchouc qu'ils récoltent des copeaux de bois ou des fils de nylon, et font coaguler le latex avec de l'urée ou de l'acide sulfurique, ce qui nuit à la qualité des pneus fabriqués en aval. Chaque tonne de caoutchouc brute produite en Indonésie demande 50 m3 d'eau, et laisse 0,2 m3 de déchets solides (ou cinq camions de résidus pour 100 tonnes produites en usine).

La consommation de caoutchouc naturel locale de 466.000 tonnes en 2012 devrait encore augmenter d'environ 8% à 489.000 tonnes en 2013, selon Gapkindo.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer