Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les grandes expositions dopent la fréquentation des musées parisiens

RelaxNews28/12/2012 à 15:38

La Pyramide du Louvre jovannig/shutterstock.com

(AFP) - Vinci, Raphaël, Matisse, Dali ou Degas ont propulsé en 2012 les trois plus grands musées parisiens - Orsay, le Louvre et le Centre Pompidou - à des records de fréquentation, cet engouement pour les expositions temporaires profitant par ricochet aux collections permanentes.

"Les grandes expositions sont clairement des locomotives", commente le ministère de la Culture, qui annonce pour 2012 "des résultats encore meilleurs que ceux de 2011" au vu du premier semestre: 13,4 millions de visites pour les musées nationaux et 682.000 pour les Galeries nationales du Grand Palais, en augmentation de 10%.

Au Grand Palais, l'exposition Edward Hopper (jusqu'au 28 janvier) a accueilli près de 478.000 visiteurs, soit près de 7.000 visiteurs par jour.

Avec près de 30 millions de visites au total en 2011, la fréquentation surpassait déjà de 7% celle de 2010.

Les chiffres 2012 rendus publics par les trois plus grands musées parisiens (hors Versailles) enregistrent des records: "Près de 10 millions de visiteurs" pour le Louvre qui conforte sa première place mondiale (un million de plus qu'en 2011), plus de 3,8 millions de visiteurs pour Beaubourg, en augmentation de près de 6%, et 3,6 millions de visiteurs pour le musée d'Orsay, sa meilleure fréquentation depuis 25 ans, en hausse de 15% par rapport à 2011.

Ce succès s'explique notamment par l'attrait du public français et étranger pour les grandes expositions temporaires: au Louvre, où les visiteurs chinois font désormais partie du trio de tête avec les Américains et les Brésiliens, elles ont attiré 660.000 visiteurs, soit une hausse de 29% par rapport à 2011.

Le plus grand musée du monde a accueilli le 22 septembre un nouveau département des Arts de l'Islam qui a déjà reçu 650.000 visiteurs. L'exposition autour de "La Sainte Anne" de Léonard de Vinci, fraîchement restaurée, a accueilli 305.000 visiteurs au printemps 2012 et "Raphaël. Les dernières années", en cours jusqu'au 14 janvier, 310.000 personnes.

Retour des Français à Orsay

A Orsay, rouvert fin octobre 2011 après une restauration complète et qui a bénéficié de "l'effet nouvel Orsay", explique la direction, "les grandes expositions, aux thématiques parfois méconnues, ont également attiré les foules".

"Degas et le Nu" a accueilli 480.000 visiteurs, "Misia, Reine de Paris", 400.000, et "L'Impressionnisme et la Mode", qui se poursuit jusqu'au 20 janvier, devrait atteindre 500.000 visiteurs, selon le musée.

Les "nocturnes" remportent un succès croissant auprès du public, dissuadé par les longues files d'attente en journée malgré les services de réservation.

C'est notamment le cas du Centre Pompidou, où l'exposition "Matisse, Paires et séries" (7 mars - 18 juin) a drainé 495.000 visiteurs. Celle consacrée à Gerhard Richter (6 juin - 24 septembre) en a cumulé 425.000, tandis que l'exposition Dali, ouverte le 21 novembre (jusqu'au 25 mars), en accueille quelque 6.700 par jour.

A Beaubourg, le succès exceptionnel des grandes expositions temporaires profite aux collections permanentes qui ont reçu plus de 1,6 million de visiteurs en 2012, soit une hausse de plus de 45% depuis 2006, selon le musée.

Si les grands musées de la Ville Lumière attirent toujours beaucoup de touristes étrangers, Orsay, qui abrite nombre de chefs d'oeuvre impressionnistes, bénéficie d'un "retour en force" du public français cette année, selon la direction.

Comment expliquer ce succès? "Peut-être un effet indirect de la crise, avec des gens qui partent moins en vacances et se recentrent sur le patrimoine", commente-t-on de même source, en soulignant la mise en place d'une politique tarifaire avantageuse avec "40% de visites gratuites", notamment pour les moins de 26 ans.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.