Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les grandes banques espagnoles appelées à provisionner encore

Reuters14/05/2012 à 20:51

Les grandes banques espagnoles appelées à provisionner encore

par Sarah White

MADRID (Reuters) - Les cinq premières banques espagnoles vont devoir provisionner 15 milliards d'euros supplémentaires pour couvrir le risque lié à leurs prêts immobiliers, mettant encore sous pression leurs finances alors que l'Espagne tente de restaurer la confiance dans son secteur bancaire.

Vendredi, le gouvernement espagnol a imposé à ses banques de provisionner 30 milliards d'euros, en plus des 54 milliards exigés en février, afin de couvrir aussi bien leurs créances performantes que leurs prêts à risque.

Cette mesure intervient dans le cadre d'une réforme bancaire qui constitue le quatrième plan de sauvetage en quatre ans des banques espagnoles. Ces dernières ont enregistré de lourdes pertes avec la chute du marché immobilier en 2008, soulevant des craintes sur une possible aide internationale à l'Espagne.

Ces 30 milliards d'euros de provisions supplémentaires pèsent durement sur les banques alors que les investisseurs s'inquiètent de savoir où les établissements vont pouvoir trouver l'argent et si cette mesure sera suffisante.

Le gouvernement espagnol a indiqué que l'Etat fournirait une aide publique limitée à 15 milliards d'euros, et seulement sous la forme de prêts convertibles en actions, aux banques qui manqueraient de capitaux.

A la Bourse de Madrid, la réforme bancaire n'a pas convaincu les investisseurs. L'Ibex 35 reculait de 2,26% à 12h30 GMT, plombé par les valeurs bancaires. Bankia, dont l'Etat a pris le contrôle la semaine dernière, reculait de 9,42%, Banco Popular de 5,21 %, BBVA de 3,63%, Banco Santander de 2,98 % et Bankinter de 2,31 %.

L'écart de rendement (spread) entre les obligations espagnoles à 10 ans et le Bund allemand, qui fait office de valeur refuge, a de son côté atteint 485 points de base, un record depuis l'introduction de l'euro.

DES PROVISIONS POUR CHAQUE BANQUE

BBVA , la deuxième banque espagnole, a annoncé lundi qu'elle passerait des provisions de quelque 1,8 milliard d'euros pour se conformer aux nouvelles règles en matière de fonds propres annoncées vendredi par le gouvernement.

Les nouvelles provisions seront répercutées dans les comptes annuels et auront un impact net d'environ 1,3 milliard d'euros, a précisé le groupe.

De son côté, Santander, le premier établissement de crédit du pays, va devoir inscrire dans ses comptes 2,7 milliards d'euros de provisions, en plus des 2,3 milliards d'euros annoncés en février.

Banco Popular a déclaré qu'il mettrait de côté 1,7 milliard d'euros de provisions, tout en ajoutant qu'il n'aurait pas besoins de fonds publics pour y parvenir. La banque a néanmoins précisé qu'il lui faudrait deux trimestres pour se conformer aux nouvelles exigences.

Banco Popular doit fusionner avec sa rivale plus petite Banco Pastor, ce qui monte à 2,3 milliards d'euros au total le montant des provisions nécessaires.

Pour sa part, La Caixa, qui est en train de racheter Banca Civica, va devoir mettre de côté 3,4 milliards d'euros.

Pour les banques espagnoles les plus en difficultés comme Bankia, la quatrième banque d'Espagne issue de la fusion de plusieurs petite caisses d'épargne, les nouvelles provisions vont constituer un fardeau supplémentaire. La maison-mère de Bankia, BFA, a déclaré qu'elle avait besoin de 4,8 milliards d'euros pour répondre aux exigences du gouvernement.

Même si ces établissements bancaires ont indiqué ne pas avoir besoin d'une aide de l'Etat pour se conformer aux nouvelles exigences de fonds propres, le besoin de provisions supplémentaires pourrait changer la donne.

Déjà, la recrudescence des problèmes des banques espagnoles et les interventions du gouvernement, comme le sauvetage de Bankia, ont relancé la colère de l'opinion publique en Espagne, un an après le déclenchement du mouvement des "Indignés".

Des dizaines de milliers d'Espagnols sont descendus dans les rues et prévoient d'y rester jusqu'à au moins mardi. Les manifestants avaient prévu ce lundi de fermer leurs comptes chez Bankia pour protester contre le sauvetage de la banque.

Paul Day et Feliciano Tissera, Blandine Hénault pour le service français, édité par Natalie Huet

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.