Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les frictions s'avivent entre l'exécutif et la gauche

Reuters26/04/2013 à 13:34

REGAIN DE TENSION ENTRE L?EXÉCUTIF ET LA GAUCHE

PARIS (Reuters) - Le ministre du Travail, Michel Sapin, a qualifié vendredi de "blague" les offres de service de Jean-Luc Mélenchon, qui se verrait bien Premier ministre de François Hollande malgré la virulence de ses attaques contre l'exécutif socialiste.

Le co-président du Parti de gauche assure avoir "l'estomac" pour remplacer Jean-Marc Ayrault et mener "une autre politique".

"Le fait qu'il veuille être Premier Ministre, je l'ai pris comme une blague et je le considère toujours comme tel", a déclaré Michel Sapin sur RMC Info et BFM TV. "Le Front de gauche n'est pas dans la majorité gouvernementale, et heureusement que Jean-Luc Mélenchon n'est pas dans le gouvernement!"

Jean-Luc Mélenchon a réaffirmé jeudi soir sur France 2, dans l'émission "Des paroles et des actes", qu'il était "candidat à Matignon". "J'ai l'estomac pour le faire", a-t-il assuré.

Face aux critiques qui enflent au sein de la majorité et à la gauche de la gauche contre la politique du gouvernement, Michel Sapin a estimé qu'il fallait "continuer" sur la voie tracée.

"Je crois profondément que Jean Marc Ayrault a le caractère, la personnalité de ce temps de l'effort, du redressement", a-t-il dit, au moment où les appels au remaniement, au "choc" politique, se font plus pressants.

"On peut apprendre de ce qui s'est passé pendant un an qu'il faut plus parler avec les parlementaires, plus parler avec les partis de la majorité", a toutefois ajouté Michel Sapin.

Une concession bien insuffisante pour l'écologiste Jean-Vincent Placé, qui juge que le gouvernement "va dans le mur", "sans klaxonner", "à petits pas".

"MÊME BARACK OBAMA..."

Selon le président du groupe Europe Ecologie-Les Verts (EELV) au Sénat, l'action de François Hollande se résume en trois mots : "Imprévoyance, aveuglement et comme souvent en position de faiblesse, beaucoup d'autoritarisme".

Un autoritarisme qu'il dit à l'oeuvre notamment sur la question de l'amnistie des syndicalistes auteurs de délits dans les conflits sociaux depuis 2007.

Jean-Luc Mélenchon a affirmé jeudi soir que François Hollande lui avait promis "les yeux dans les yeux" qu'une telle loi verrait le jour.

Or le ministre des relations avec le Parlement, Alain Vidalies, a déclaré mercredi que le gouvernement s'opposerait à la proposition de loi à ce sujet déposée par des sénateurs du groupe communiste, républicain et citoyen, incluant le Front de gauche.

"Même Barack Obama ne pourrait pas se permettre ça", a dit Jean-Vincent Placé sur France Info.

Le texte doit être examiné le 16 mai à l'Assemblée nationale.

"Je dis aux députés socialistes qu'on ne peut pas obéir aux ordres les plus idiots. Il y a un devoir de désobéissance", a dit le sénateur. "Il faut avoir de la dignité et de l'engagement et respecter ses engagements et ne pas accepter ces oukazes, ou diktats, qui viennent d'en haut de façon inconsidérée".

Pour François Delapierre, secrétaire national du Parti de gauche, "François Hollande emmène le pays à la catastrophe et le PS à l'abattoir électoral".

A la question de savoir quelle note il accorderait au chef de l'Etat après un an d'exercice, il a répondu sur LCI: "5/20".

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.