Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les frappes sur Kobani semblent plus efficaces, dit l'OSDH

Reuters15/10/2014 à 18:44

(Actualisé avec Manuel Valls, derniers paras) par Humeyra Pamuk et Tom Perry MURSITPINAR, Turquie/BEYROUTH, 15 octobre (Reuters) - Les frappes aériennes de la coalition conduite par les Etats-Unis sur la ville de Kobani ont tué au moins 32 combattants de l'Etat islamique (EI) depuis le début de la semaine grâce à une meilleure coordination avec les troupes kurdes au sol, a déclaré mercredi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Des responsables kurdes ont expliqué que les Unités de protection populaires (YPG), le principal groupe armé kurde syrien, transmettaient à la coalition les coordonnées des endroits où se trouvaient les combattants de l'EI. "Les responsables des YPG communiquent à la coalition l'emplacement des cibles de l'EIIL et les frappes sont menées sur cette base", a dit à Reuters Polat Can, un porte-parole des YPG, utilisant l'ancienne appellation "Etat islamique en Irak et au Levant" de l'organisation djihadiste. Les YPG tentent d'empêcher la prise de Kobani par les troupes de l'EI, mieux armées et qui assiègent depuis un mois cette ville adossée à la frontière entre la Syrie et la Turquie. L'EI contrôle la majeure partie de l'est et du sud de la ville mais son avancée a nettement ralenti ces derniers jours. Les forces kurdes ont annoncé avoir repris certains quartiers de l'ouest. De son côté, l'armée américaine a dit que les 21 frappes menées lundi et mardi contre des activistes près de Kobani semblaient avoir ralenti l'avancée de l'EI mais elle a reconnu que la situation évoluait constamment. Mardi, le président Barack Obama a exprimé sa profonde inquiétude face à l'offensive des djihadistes sur Kobani et a assuré que les Etats-Unis poursuivraient leur campagne de bombardements aériens. ID:nL6N0S95VY L'OSDH, qui suit l'évolution de la guerre en Syrie en utilisant un réseau d'informateurs sur le terrain, a précisé que l'une des frappes alliées menées mardi avait tué un groupe de combattants de l'EI à 50 mètres seulement d'une position kurde. "MEILLEURE COORDINATION" Rami Abdoulrahman, directeur de l'ONG basée à Londres, a ajouté que sept combattants de l'EI et cinq Kurdes avaient été tués dans des affrontements mercredi. "(Les frappes) sont plus importantes qu'avant parce que la coordination s'est améliorée ces six derniers jours", a-t-il dit. Samedi, les Kurdes avaient jugé que les raids aériens étaient devenus moins efficaces et ils avaient réclamé leur intensification. Abdoulrahman Gok, un journaliste qui se trouve à Kobani, a déclaré que les dernières frappes aériennes avaient permis aux YPG de marquer des points. "A la suite des raids aériens, je suis allé au dernier poste de sécurité dans l'est de la ville. Certains bâtiments qui avaient été occupés par les combattants de l'EI étaient vides", a-t-il dit. "Dans l'ouest, les YPG ont détruit un véhicule qui appartenait à l'EI et tué les activistes qui étaient dedans." La Turquie a refusé la demande des Kurdes syriens d'ouvrir un couloir leur permettant d'acheminer des renforts en hommes et en armes d'autres régions kurdes du nord de la Syrie. Le gouvernement du Kurdistan irakien autonome a envoyé une aide militaire aux combattants kurdes de Kobani mais ces armes sont bloquées dans le nord-est du pays. L'EI tenant les voies d'accès à Kobani à l'est, au sud et à l'ouest, la frontière turque et les largages aériens sont désormais les seuls moyens d'approvisionner les défenseurs de la ville. Mais la Turquie refuse pour l'instant d'intervenir, ce qui lui vaut d'être accusée par les Kurdes de soutenir l'EI. A Paris, s'exprimant devant les députés, le Premier ministre français Manuel Valls a appelé la Turquie "à prendre toutes ses responsabilités et toutes les mesures qui s'imposent face à un adversaire qui, s'emparant de cette ville, contrôlerait un verrou stratégique dans la région". "Nous le devons parce que nous menons cette lutte contre le terrorisme et la barbarie, nous le devons parce que la stabilité de la région est un élément impératif, et nous le devons à nos amis kurdes", a-t-il dit. (Avec Tom Perry et Marine Pennetier; Marc Angrand pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.