Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les Français progressent prudemment vers le nord du Mali

Reuters 20/01/2013 à 21:12

AU MALI, PROGRESSION DE BLINDÉS FRANÇAIS VERS DIABALI

par Bate Felix

NIONO, Mali (Reuters) - Des colonnes de blindés français progressaient dimanche vers Diabali, ville du centre de Mali qui aurait été abandonnée par les rebelles djihadistes après plusieurs jours de bombardements aériens.

L'avance se fait avec prudence car des islamistes se cacheraient au milieu de la population dans l'espoir de préparer une contre-offensive.

La télévision malienne a montré les carcasses carbonisées de plusieurs véhicules utilisés par les rebelles, des pick-up blancs, parfois équipés d'armes lourdes, abandonnés dans les rues de Diabali, prise le 14 janvier par les islamistes et que les troupes gouvernementales maliennes n'auraient toujours pas réoccupée.

Le centre de commandement opérationnel des forces maliennes et françaises est installé dans la ville voisine de Niono, à 300 km au nord-est de la capitale Bamako.

"Notre principale préoccupation, c'est de savoir si une partie de la population a rejoint les rangs des djihadistes", dit le colonel Seydou Sogoba, qui commande les troupes maliennes dans la région.

"La guerre contre les islamistes n'est pas une chose facile car ils savent se mêler à la population locale", ajoute-t-il.

Selon lui, des djihadistes se sont rasé la barbe et ont troqué leurs "boubous" traditionnels pour des jeans afin de se fondre dans la population.

A Niono, une vingtaine de véhicules blindés de l'armée française stationnaient dans un champ près du bâtiment de la préfecture de région. A côté, des soldats nettoyaient leurs armes en discutant. D'autres se dirigeaient vers un magasin pour acheter des téléphones portables ou des vivres, en prévision de leur départ vers le nord.

DÉPLOIEMENT DIFFICILE DE LA MISMA

A Paris, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a affirmé que la France resterait en première ligne jusqu'à l'intervention de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma), la force ouest-africaine, dans quelques semaines.

Il a précisé que la Russie avait proposé à la France d'acheminer des troupes ou du matériel français au Mali.

Laurent Fabius a souligné que la devrait compter 5.500 soldats africains, et plus seulement 3.000. "C'est plus qu'avant, car les Tchadiens se sont engagés", a-t-il expliqué.

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a précisé dimanche soir que des attaques aériennes avaient été menées ces derniers jours dans les régions de Tombouctou et de Gao, tenues par les islamistes et qu'elles se poursuivraient.

Il a ajouté que les forces maliennes n'avaient toujours pas repris Diabali mais qu'il s'attendait à des "nouvelles positives" dans les heures qui viennent.

"A l'heure où je vous parle, la ville elle-même n'est pas reprise (...) L'évolution va être positive dans les heures qui viennent", a-t-il dit.

En revanche, les forces françaises et maliennes ont repris aux islamistes le contrôle de Konna, verrou stratégique dans le centre du pays.

Comme son collègue des Affaires étrangères Laurent Fabius, il a souligné qu'il appartiendrait à la Misma de reprendre Tombouctou, mais que l'armée française pourrait intervenir en appui.

Le déploiement de la Misma ne va pas sans poser de difficultés, dit-on de source diplomatique. Ainsi, les 500 soldats sénégalais qui doivent se rendre au Mali manquent de munitions pour leur artillerie.

Le président tchadien Idriss Déby, qui visitait 600 de ses soldats en attente au Niger, a promis de tout faire pour que le plus possible de militaires africains soient envoyés au Mali. Il s'est engagé à envoyer au total 2.000 militaires tchadiens sur place.

Avec Abdoualye Massalatchi à Niamey et Gérard Bon à Paris; Guy Kerivel pour le service français

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.