Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les finances publiques de la France toujours fragiles

Reuters19/01/2017 à 11:12

LES FINANCES PUBLIQUES DE LA FRANCE TOUJOURS FRAGILES

PARIS (Reuters) - Malgré l'amélioration annoncée par le gouvernement, la situation des finances publiques de la France n'est pas rétablie et leur redressement reste un "défi considérable" qui s'imposera au prochain président de la République, a déclaré jeudi Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes.

S'exprimant lors de l'audience solennelle de rentrée de l'institution, il a souligné que, si l'évolution globale des dépenses de l'Etat paraît "davantage maîtrisée qu'hier", elle le devait en bonne partie à des facteurs non durables comme les baisses des taux d'intérêt et de la contribution de la France à l'Union européenne.

"La situation de nos finances publiques n'est pas encore rétablie, ce qui limite à la fois notre capacité future à effectuer des choix souverains et notre crédibilité face à nos partenaires européens", a dit Didier Migaud.

Le ministère des Finances a annoncé mardi que le déficit budgétaire de l'Etat avait diminué à près de 69 milliards d'euros en 2016, soit son plus bas niveau depuis 2008.

Le ministre Michel Sapin a souligné à cette occasion que le budget de l'Etat portant la quasi-totalité du déficit public, le "très bon résultat" de son exécution confortait l'objectif de le ramener en 2016 à 3,3% du PIB puis sous 3%, comme la France s'y est engagée auprès de ses partenaires européens, cette année.

Didier Migaud a relevé de son côté qu'avec un déficit public supérieur à 3% du PIB, la France était l'un des quatre pays, avec l'Espagne, le Portugal et la Grèce, à faire encore l'objet d'une procédure pour déficit excessif de la part de la Commission européenne.

Avec un niveau attendu fin 2016 à 3,3%, "le déficit public devrait rester supérieur d'un point à celui qui serait nécessaire pour stabiliser la dette publique, qui dépassera 96% du PIB", a-t-il ajouté.

EQUATION PLUS COMPLEXE EN 2017

Dans ce contexte, le premier président de la Cour des comptes a averti que l'équation des finances publiques serait rendue cette année "plus complexe" du fait de "trois tendances lourdes".

La première est la "disparition possible d'un des principaux atouts sur lequel l'Etat a pu compter dans les années récentes", à savoir la baisse des taux d'intérêt due à la politique de la Banque centrale européenne et qui a permis de limiter la charge d'intérêt de sa dette. Cette évolution explique 40% de la baisse des déficits intervenue depuis 2011, estime la Cour.

La seconde tient à la "très forte dynamique salariale" dans la fonction publique attendue cette année. La revalorisation du point d'indice de la grille des rémunérations et les hausses d'effectifs font que l'augmentation de la masse salariale de l'Etat "devrait être équivalente en 2017 à celle constatée entre 2011 en 2016", a indiqué Didier Migaud.

Enfin, la hausse des moyens consacrés à la sécurité après les attentats de 2015 et 2016 "ne sera probablement pas remise en question dans les années qui viennent et aura d'inévitables implications budgétaires".

"Qu'elles soient la traduction de choix souverains ou d'évolutions économiques qui ne dépendent pas des décideurs publics, ces tendances doivent nous faire prendre conscience du fait que le redressement de nos finances publiques demeure un défi considérable," a souligné Didier Migaud.

Il a annoncé que la Cour des comptes avait d'ores et déjà décidé de préparer un audit général des finances publiques qui sera publié en juin, après l'élection présidentielle.

(Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.