Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les exportations d'armes, bénédiction pour l'économie française-étude

Reuters08/09/2014 à 20:34

* Plus de 40.000 emplois générés, déficit commercial amoindri * L'innovation technologique bénéficie des exportations * Inquiétudes sur le Mistral, sur la crédibilité de la France par Marine Pennetier BORDEAUX, 8 septembre (Reuters) - Les exportations françaises d'armement soulagent le déficit de la balance commerciale et génèrent plus de 40.000 emplois en France, selon une étude publiée mardi sur fond de débat sur la livraison de navires Mistral à la Russie. A l'heure où certains observateurs pointent le risque d'une telle annulation pour la crédibilité de la France, engagée dans des négociations avec l'Inde sur la vente de Rafale, cette étude lève le voile sur les bénéfices sociaux, économiques et technologiques des exportations au niveau national. En France, les prises de commande à l'exportation des groupes d'armements français ont progressé de 43% l'an dernier, pour atteindre 6,87 milliards d'euros, soit 30% de plus que la moyenne 2002-2012, permettant à Paris de se maintenir au quatrième rang mondial des exportateurs d'armes derrière les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la Russie. Le ministère de la Défense espère atteindre l'objectif de 7 milliards d'euros d'exportations en 2014. "Sans les exportations d'armement, le déficit commercial de la France aurait été 5 à 8 points plus élevé chaque année sur la période 2008-2013", peut-on lire dans l'étude commandée par le ministère de la Défense et le Conseil des industries de défense françaises (Cidef). Sur le plan social, les exportations de défense représentent plus de 40.000 emplois, soit 25% des emplois de la base industrielle et technologique de défense, concentrés autour de sept grands bassins d'activité : Ile-de-France, PACA, Bretagne, Aquitaine, Midi-Pyrénées, Centre et Rhône-Alpes. Outre l'impact positif au niveau social et économique, les exportations drainent également des innovations technologiques qui bénéficient aux programme nationaux, à l'image du sous-marin Scorpène, fabriqué par DCNS et "vendu à plusieurs pays étrangers ces dernières années et qui a permis d'améliorer nos technologies en hydrodynamique, discrétion acoustique et propulsion", souligne-t-on au ministère de la Défense. RELAIS DE PRODUCTION Dans un contexte d'économies budgétaires en France, les exportations permettent également un relais de production qui permet d'assurer la continuité de l'activité, indique l'étude. "Dans certains secteurs, notamment dans celui des missiles, nous ne serions pas capables avec nos seules commandes nationales d'entretenir tout l'écosystème de la production", souligne-t-on au ministère. "L'exportation de défense pour une société comme MBDA doit représenter plus de la moitié de son chiffre d'affaires", ajoute-t-on. "C'est une sorte de cercle vertueux : on leur permet de développer des produits extrêmement compétitifs et qui leur permettent de gagner des marchés à l'export et c'est parce qu'ils gagnent des marchés à l'export que du coup ils entretiennent des chaînes de production qui abaissent nos propres coûts de production et prennent le relais d'une commande nationale qui est parfois erratique ou perturbée par des décisions budgétaires." La publication de cette étude, dont les résultats doivent être présentés mardi par Jean-Yves Le Drian lors de l'université de la Défense à Bordeaux, survient une semaine après les doutes exprimés par l'Elysée sur la livraison prévue à l'automne du premier des deux porte-hélicoptères (ou Bâtiment de projection et de commandement) de type Mistral à la Russie. Conclu en 2011 par Nicolas Sarkozy, ce contrat d'1,2 milliard d'euros prévoit la livraison de deux Mistral. François Hollande a annoncé mercredi dernier la suspension de la livraison du premier navire avant de préciser le lendemain que le contrat n'était ni rompu, ni suspendu, et que la livraison, prévue fin octobre-début novembre, dépendrait de l'évolution de la situation en Ukraine. L'annonce a suscité l'inquiétude des syndicats des chantiers navals STX qui redoutent déjà l'arrêt de la construction du second Mistral commandé par la Russie et dont la livraison devait intervenir en 2015. La décision finale de la France dans ce dossier devrait être observée de près par l'Inde qui négocie avec Paris l'achat de 126 avions de chasse Rafale pour un montant de 15 milliards d'euros, ce qui serait le premier contrat à l'export. (Edité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.