Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les Européens auraient cherché à bloquer le rapport du FMI

Reuters03/07/2015 à 19:33

LES PAYS DE LA ZONE EURO AURAIENT CHERCHÉ À BLOQUER LE RAPPORT DU FMI

par Paul Taylor

BRUXELLES (Reuters) - Les pays de la zone euro ont tenté en vain d'empêcher la publication jeudi du rapport du Fonds monétaire international (FMI) sur la dette de la Grèce, dont le gouvernement d'Alexis Tsipras s'est emparé vendredi pour le présenter comme un argument de poids en faveur du "non" au référendum organisé dimanche, a-t-on appris de sources informées de ces débats.

Dans son rapport publié à Washington, le FMI estime que la dette de la Grèce ne sera pas viable si elle n'est pas considérablement allégée, éventuellement via une annulation de prêts accordés par ses partenaires de la zone euro.

Le Fonds ajoute que la Grèce aura besoin de 50 milliards d'euros d'aide supplémentaire au cours des trois prochaines années pour couvrir ses besoins de financement.

Dans une allocution télévisée vendredi, Alexis Tsipras a invoqué ce rapport "d'une importance politique majeure" pour exhorter les Grecs à voter "non" dimanche lors du référendum portant sur des projets de réformes proposés par les créanciers de la Grèce en échange de leur aide financière.

Lors d'une réunion du conseil d'administration du FMI mercredi, les membres européens de l'institution se sont interrogés sur l'opportunité de publier un tel rapport à trois jours d'une consultation populaire susceptible d'entraîner la Grèce hors de la zone euro en cas de victoire du "non".

Il n'y a pas eu de vote mais les Européens étaient manifestement minoritaires et les Etats-Unis, dont la voix est prédominante au sein du FMI, étaient nettement favorables à la publication du rapport, selon ces sources.

"Cela n'a pas été décision facile", a dit une source du FMI impliquée dans ce dossier. "Nous ne vivons pas dans une tour d'ivoire ici. Mais l'UE doit comprendre que tout ne peut pas se décider en fonction de ses propres impératifs."

DIVERGENCES ÉTALÉES AU GRAND JOUR

Tous les arguments ont été soupesés par le conseil d'administration, y compris le risque d'une récupération politique de ce document, mais l'opinion majoritaire était que tous les chiffres et tous les éléments de réflexion devaient être exposés de manière transparente avant le vote des Grecs.

"Les faits sont têtus. On ne peut pas cacher les faits sous prétexte qu'ils peuvent être exploités", a dit cette source du FMI.

La porte-parole du FMI, Angela Gaviria, a refusé de s'exprimer à ce sujet.

La publication de ce rapport étale au grand jour les divergences entre le FMI et les institutions européennes, qui étaient contenues depuis des mois dans le huis clos des discussions.

Le FMI juge que le fardeau de la dette grecque, qui représentait 177% du produit intérieur brut (PIB) fin 2014, ne peut être supporté par la Grèce qu'à la condition que ses partenaires au sein de la zone euro lui consentent de nouveaux prêts et une nouvelle restructuration de dette.

En Allemagne et dans de nombreux autres pays européens, certains plus pauvres que la Grèce, une telle perspective est jusqu'à présent taboue car elle reviendrait à expliquer aux contribuables qu'ils ne récupéreront jamais des milliards d'euros avancés à Athènes.

Durant les cinq mois de négociations avec le gouvernement d'Alexis Tsipras, élu en janvier sur la promesse de mettre fin aux politiques d'austérité, les autres pays de la zone euro ont fermement exclu de discuter du niveau d'endettement de la Grèce tant qu'Athènes n'aurait pas accepté un ensemble de réformes susceptibles de pérenniser le redressement de ses comptes publics et de soutenir sa croissance économique.

Certains diplomates avancent que le FMI, en publiant ce rapport avant le référendum, a tenu à signifier clairement aux Européens qu'il ne participerait à un nouveau programme d'aide à la Grèce que si eux-mêmes acceptaient d'y inclure un allègement de la dette.

(Bertrand Boucey pour le service français, édité par Marc Angrand)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.