Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les éthylotests retrouvent des couleurs au Conseil de sécurité routière

RelaxNews13/02/2013 à 09:40

Sébastien - Fotolia.com

(AFP) - Le maintien de l'obligation d'avoir un éthylotest dans sa voiture et le retour des panneaux prévenant de la présence de radars fixes feront l'objet d'un vote mercredi au Conseil national de la sécurité routière (CNSR), organe de conseil du gouvernement.

Avec un accident mortel sur trois, l'alcool est la première cause de mortalité sur les routes, selon la Sécurité routière. Et en 2011, plus de 1.000 personnes (sur 3.963 tués) ont perdu la vie dans des accidents générés par une vitesse inadaptée.

Selon des participants au CNSR contactés par l'AFP, la commission consacrée à la vitesse, la drogue et l'alcool au volant, devrait recommander que la mesure sur les éthylotests obligatoires, sur la selette depuis l'arrivée de la gauche au pouvoir, entre en vigueur.

Selon ces sources, cette commission préconise même dans ses conclusions que l'obligation soit élargie aux cyclomoteurs (deux-roues de moins de 50 cm3), qui jusque-là, n'étaient pas concernés.

Mercredi, les 52 membres de l'assemblée plénière du Conseil, composée d'élus, d'associations, d'entreprises et d'administrations, devront se prononcer sur ces recommandations qui seront ensuite soumises d'ici quelques mois au Comité interministériel de la Sécurité routière (CISR).

Interrogé par l'AFP, le président du CNSR, le député PS du Bas-Rhin Armand Jung n'a pas souhaité dévoiler les conclusions du groupe de travail, mais a confirmé que la question des éthylotests et les panneaux indicateurs de radars seraient soumis mercredi à l'approbation du CNSR.

Avant de les imposer, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, qui entend passer sous la barre des 2.000 morts par an d'ici 2020, a dit en novembre vouloir "être certain que l'utilité des éthylotests soit vraiment avérée". Il avait reporté fin janvier la décision "sine die", expliquant attendre les conclusions du CNSR.

En octobre, la verbalisation avait déjà été reportée, officiellement pour répondre aux difficultés d'approvisionnement.

Difficultés à estimer son alcoolémie

"Ce qui plaide en faveur du maintien de la mesure sur les éthylotests, c'est que beaucoup de gens ne savent pas estimer leur alcoolémie et surtout les hommes", a expliqué à l'AFP Jean-Pascal Assailly, chercheur à l'IFSTTAR (Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux) et expert auprès du CNSR.

L'annonce du report par le ministre de l'Intérieur avait suscité la colère des salariés de Contralco, numéro un mondial des éthylotests basée à Gignac dans l'Hérault.

L'entreprise a annoncé fin janvier une baisse drastique de ses effectifs, de 310 à 84 salariés, après l'annulation de nombreuses commandes. Mardi après-midi, les salariés ont une nouvelle fois interpellé Manuel Valls en postant sur internet, sur l'air de "La valse a mille temps", un clip intitulé "Eh Manu, tu descends!" demandant au ministre de ne plus tergiverser.

Autre mesure qui devrait être recommandée par la commission du CNSR, le retour des panneaux avertissant de la présence de radars automatiques. Depuis le deuxième semestre 2011, une partie de ces panneaux ont été retirés pour être parfois remplacés par des radars pédagogiques qui indiquent la vitesse sans sanctionner.

Le retrait de ces panneaux avait été décidé par l'ancien gouvernement. Leur retour poserait toutefois des questions sur l'interdiction des avertisseurs de radars automatiques embarqués.

Le CNSR avait été créé en 2001 pour être un lieu de débats et une instance de conseil pour le gouvernement. En sommeil depuis 2008, il a été relancé fin novembre par Manuel Valls.


jb-tib/ng/phc/sh

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.