Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les Etats-Unis vont livrer des armes à l'opposition syrienne

Reuters14/06/2013 à 13:38

LES ÉTATS-UNIS PRÊTS À SOUTENIR MILITAIREMENT LES REBELLES SYRIENS

par Matt Spetalnick

WASHINGTON (Reuters) - Les Etats-Unis, qui sont parvenus à la conclusion que les forces de Bachar al Assad avaient utilisé des armes chimiques, ont décidé d'armer les rebelles syriens.

La Maison blanche, qui a seulement annoncé jeudi une "assistance militaire directe", n'a pas précisé si ce soutien impliquerait la fourniture d'armes létales, ce qui marquerait un changement de position de Barack Obama, réticent à armer les insurgés syriens.

Mais une source au fait du dossier a indiqué que les nouvelles dispositions prévoyaient bien l'envoi d'armes, Barack Obama estimant qu'une "ligne rouge" avait été franchie avec l'emploi d'agents chimiques dont du gaz sarin.

D'après le New York Times, qui cite des responsables américains, ces livraisons, qui seront coordonnées par la CIA, porteront sur des petites armes et des munitions. Mais l'envoi d'armes antichars est également à l'étude. En revanche, la question d'armes anti-aériennes n'est pas actuellement en considération, ajoute le NYT.

"Le président avait clairement indiqué que l'usage d'armes chimiques ou le transfert d'armes chimiques à des groupes terroristes constituait une ligne rouge. Il avait dit que l'emploi d'armes chimiques changerait la donne, et c'est le cas", a expliqué à la presse Ben Rhodes, conseiller adjoint d'Obama à la sécurité nationale.

Cette décision intervient après d'intenses délibérations entre Obama et ses conseillers à la sécurité nationale et au moment où les pressions tant intérieures qu'étrangères se multipliaient en faveur d'un soutien des insurgés qui ont subi de graves revers récemment, notamment la chute de Koussaïr.

Reprise le 5 juin par les forces régulières syriennes appuyées par des combattants du Hezbollah libanais et par l'Iran, cette ville, située entre la frontière libanaise et Homs, était stratégique pour le réapprovisionnement des troupes insurgées.

Les villes de Homs et d'Alep, plus au nord, semblent aujourd'hui dans le viseur des forces d'Assad.

RENCONTRE EN TURQUIE AVEC LE CHEF DE L'ASL

Plusieurs mois d'enquête ont été nécessaires avant que la Maison blanche acquiert la certitude que les troupes pro-Assad avaient effectivement employé des armes chimiques.

Cette escalade a "changé la donne" quant à la position que Washington entendait adopter à l'égard de ce conflit qui dure depuis mars 2011 et a fait plus de 93.000 morts, selon le nouveau bilan établi par les Nations unies.

"Au terme d'un examen mûrement réfléchi, nos services de renseignement ont évalué que le régime d'Assad avait utilisé contre les opposants des armes chimiques, y compris du gaz sarin, à petite échelle mais à de multiples reprises l'an dernier", a précisé Ben Rhodes.

"Nos services de renseignement estiment qu'entre 100 et 150 personnes ont été tuées par des attaques à l'arme chimique en Syrie à ce jour. Toutefois, le bilan est probablement incomplet", a-t-il ajouté.

Ces évaluations des services américains sont corroborées par celles de la Grande-Bretagne qui a indiqué jeudi soir avoir des preuves croissantes démontrant que les forces gouvernementales syriennes ont fait usage et continuent de faire usage d'armes chimiques.

La France est elle aussi parvenue à la conclusion, au début du mois, que du gaz sarin a été utilisé en Syrie "à plusieurs reprises et de façon localisée". Dans un cas au moins, "il ne fait aucun doute que c'est le régime et ses complices" qui ont utilisé ces armes chimiques, expliquait le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, le 4 juin.

La Grande-Bretagne et la France ont obtenu, faute d'accord pour le prolonger, la levée de l'embargo de l'Union européenne sur les armes à destination des rebelles. Paris et Londres seront libres, à compter du 1er août et dans le respect du code de conduite européen, de livrer des armes à la rébellion syrienne.

Pour l'heure, ni les autorités françaises ni le gouvernement britannique n'ont annoncé qu'ils allaient armer directement les insurgés.

Mais responsables européens et américains rencontrent ce vendredi en Turquie le général Salim Idriss, transfuge de l'armée syrienne et commandant en chef de l'Armée syrienne libre (ASL), principale force combattante rebelle sur le terrain.

ARMES ANTICHARS ET ZONE D'EXCLUSION AÉRIENNE

Les Occidentaux estiment qu'un soutien aux troupes de Salim Idriss permettrait de faire contrepoids à l'influence croissante de groupes sunnites liés à Al Qaïda qui ont rejoint l'insurrection, comme le Front Al Nosra.

"Idriss a besoin d'argent, de munitions et d'armes pour asseoir son leadership et gagner en crédibilité au sein des combattants", soulignait cette semaine un diplomate.

Intervenant sur l'antenne de la chaîne de télévision Al Arabia, George Sabra, qui assure l'intérim à la tête de la Coalition nationale syrienne (CNS), a réclamé "des armes antichar et des armes antiaériennes".

"Nous espérons des résultats positifs et un soutien militaire véritable", a-t-il ajouté.

Le Wall Street Journal, citant des responsables américains, indique lui que l'armée américaine recommanderait une zone d'exclusion aérienne d'environ 40 km qui serait assurée par les avions américains et alliés stationnés en Jordanie.

Il s'agirait d'une zone protégée des combats permettant d'abriter des réfugiés et d'entraîner des rebelles en territoire syrien, le long de la frontière jordanienne.

"Washington envisage une zone d'exclusion aérienne pour aider les opposants d'Assad", a confirmé un diplomate occidental en Turquie, ajoutant que cette initiative serait limitée "dans le temps et l'espace". Elle serait définie au-dessus du Sud syrien, près de la frontière jordanienne, précisent deux autres diplomates.

"Les rebelles ont suffisamment d'armes légères, suffisamment d'AK-47. Mas les AK-47 ne sont pas franchement utiles face à des chars. Il leur faut des armes antichars et des armes anti-aériennes", a plaidé sur CNN le sénateur républicain John McCain.

L'envoi de plusieurs milliers de combattants chiites du Hezbollah libanais aux côtés des troupes syriennes a modifié l'équilibre des forces sur le terrain et permis aux pro-Assad d'enregistrer des succès.

Ces derniers semblent avoir concentré des forces près d'Alep, jeudi, en particulier à proximité de l'aéroport que les rebelles avaient tenté de reprendre. Une offensive a également été lancée sur Homs.

Avec Mark Felsenthal à Washington, Erika Solomon à Beyrouth et Parisa Hafezi à Ankara; Jean-Philippe Lefief et Pierre Sérisier pour le service français, édité par Henri-Pierre André


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.