Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les espoirs fiscaux de Mediapart risquent d'être douchés

Reuters01/12/2015 à 16:08

LES ESPOIRS SUR LE PLAN FISCAL DE MEDIAPART POURRAIENT ÊTRE DOUCHÉS

PARIS (Reuters) - Les groupes Les Républicains (LR) et socialiste de l'Assemblée nationale ont exprimé mardi leur hostilité à l'abandon du redressement fiscal de 4,1 millions d'euros infligé au site d'informations Mediapart pour s'être auto-appliqué un taux de TVA réduit.

La commission des Finances de l'Assemblée a adopté lundi deux amendements identiques venant de députés de droite comme de gauche qui prévoient une rétroactivité de l'application du taux de TVA réduit (2,1%) aux services de presse en ligne.

Ces sites, comme Mediapart ou Arrêt sur Image, avaient obtenu en 2014 le taux réduit dont bénéficie la presse écrite mais ils se l'étaient auto-appliqué depuis 2009 et se trouvaient donc en marge de la légalité.

Le ministère des Finances leur a infligé des redressements fiscaux correspondant à la perte de recettes, le taux normal de TVA appliqué jusqu'en 2014 à la presse en ligne étant de 19,6%.

"Nous sommes tout à fait contre ces amendements. C'est la position de la quasi-totalité du groupe", a dit mardi à la presse Christian Jacob, le président du groupe LR.

"Ce serait un détournement de la loi. C'est un peu facile. Il suffirait de faire un peu de lobbying à l'Assemblée pour éviter un redressement fiscal. Cela permettrait à Mediapart de détourner la loi", a-t-il ajouté.

Le "patron" du groupe LR a annoncé que plusieurs des co-signataires LR de l'amendement allaient retirer leur signature.

LES SOCIALISTES RÉTICENTS

Son homologue du groupe socialiste, Bruno Le Roux, a montré peu d'enthousiasme pour ces amendements. "Nous n'avons pas discuté en groupe (mardi matin) de cet amendement. Il est signé par peu de députés socialistes", a-t-il dit à Reuters.

Mediapart avait obligé l'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac à démissionner après avoir révélé l'existence de son compte bancaire clandestin en Suisse et est à l'origine de plusieurs affaires judiciaires dans lesquelles le nom de l'ancien président Nicolas Sarkozy apparaît.

Son directeur, Edwy Plenel, a déclaré à plusieurs reprises que le redressement infligé par Bercy à sa publication était une mesure de rétorsion pour "punir" sa publication.

L'amendement PS était co-signé par treize députés socialistes dont Valérie Rabault, rapporteur générale de la commission des Finances, Jean-Marc Ayrault, ancien Premier ministre, et Aurélie Filipetti, ancienne ministre de la Culture.

L'amendement de l'opposition était co-signé par neuf députés dont Nathalie Kosciusko-Morizet, dont les relations avec Nicolas Sarkozy se sont tendues depuis qu'elle a annoncé qu'elle pourrait se présenter à la primaire présidentielle de son parti.

Philippe Vigier, le président du groupe UDI (centriste), lui aussi co-signataire de l'amendement, a confirmé mardi à Reuters que l'ensemble de son groupe soutenait l'amendement.

Ces amendements seront examinés vendredi en séance publique dans le cadre de l'examen du projet de loi de finances rectificative (PLFR) pour 2015.

(Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.