Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les emplois d'avenir de la SNCF redonnent le sourire à Ayrault

Reuters25/10/2013 à 17:35

par Elizabeth Pineau

EAUBONNE, Val-d'Oise (Reuters) - "Le chef aujourd'hui, c'est le Premier ministre!"

Dans le train de banlieue flambant neuf, le président de la SNCF, Guillaume Pépy, accueille Jean-Marc Ayrault et des jeunes engagés en "emploi d'avenir", symbole pour le chef du gouvernement qu'il faut "garder la flamme" dans l'adversité.

Comme une réponse aux mauvais chiffres du chômage qui ont couronné une semaine tendue pour l'exécutif, le Premier ministre a signé vendredi en gare d'Ermont-Eaubonne (Val-d'Oise) le 500e emploi d'avenir de la SNCF, qui s'est engagée à en créer 250 de plus dans les mois qui viennent.

En fin de journée, 75.000 contrats aidés de ce type, destinés aux jeunes pas ou peu diplômés, devaient avoir été signés en France pour un objectif maintenu de 100.000 à la fin de l'année et 150.000 en 2014.

Trois jours après avoir demandé aux députés PS de "faire bloc" derrière François Hollande, Jean-Marc Ayrault, tout aussi mal en point que le président dans les sondages d'opinion, a parlé "persévérance" et "détermination".

"La tâche est difficile", a-t-il reconnu, mais "la tendance est bien à la diminution" du chômage, dont le gouvernement veut inverser la courbe avant fin 2013.

Parenthèse positive au terme d'une semaine de crise, le Premier ministre a pris le train gare du Nord avec une dizaine de jeunes nouvellement engagés par le "premier recruteur de France après McDonald's", a rappelé Guillaume Pépy.

Dans leur uniforme mauve et gris, Dallel, Jessica et Himed ont raconté à Jean-Marc Ayrault leur parcours souvent chaotique mêlant études difficiles, chômage et petits boulots.

"On apprend un métier, c'est concret, il y a une bonne ambiance", a confié l'un d'eux au Premier ministre, qui prenait visiblement plaisir à ce moment de répit.

A l'invitation de Guillaume Pépy, Jean-Marc Ayrault a confié être petit-fils de cheminot du côté maternel, d'où son "affection particulière pour ce métier".

CONTINUER À SE BATTRE

En ce milieu de matinée calme dans les transports, il a pris le temps de serrer quelques mains sur les quais.

Lors d'une table-ronde dans la gare, le Premier ministre a fait allusion aux salves de ces derniers jours en répliquant à une "presse de droite" qui considère les emplois d'avenir comme "de l'assistanat et de l'occupationnel".

"Ce n'est pas la politique du chiffre, c'est la politique de la qualité", a-t-il assuré.

"Ce ne sont pas les ateliers nationaux", a-t-il ajouté en référence aux emplois aidés fournis aux chômeurs parisiens après la révolution de 1848, une expérience rapidement abandonnée.

Dans un discours aux côtés du ministre du Travail, Michel Sapin, le Premier ministre a continué sur le ton du volontarisme, invitant à "redonner confiance à la jeunesse" et à poursuivre "tout un mouvement qui est en marche".

La "bataille de l'emploi" demande "beaucoup d'énergie, de persévérance et de conviction", a-t-il dit, rappelant devant la presse que la tâche du gouvernement est "difficile, dire le contraire serait mentir mais c'est justement parce que c'est difficile qu'il faut persévérer et continuer à se battre".

"Garder la flamme, comme le président de la SNCF l'a dit aux jeunes qu'il vient d'engager, ça vaut aussi pour tout ce que nous avons à faire pour la France", a-t-il ajouté avant de reprendre sa voiture direction Paris, où son agenda annonçait une réunion sur la transition énergétique et un entretien avec le président du Conseil italien, Enrico Letta.

Peu après son départ, la serveuse d'un café voisin de la gare d'Eaubonne résumait l'amertume qui a envahi une partie des Français après 18 mois de pouvoir socialiste.

"Moi j'ai perdu des heures supplémentaires et ma feuille d'impôt a augmenté. Tous les ouvriers qui viennent manger ici se plaignent aussi", a-t-elle déploré en distribuant les menus. "Ça ne donne pas envie de travailler".

Edité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.