1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les éleveurs pourront tuer des loups au-delà des quotas «pour se défendre», affirme le gouvernement

Le Parisien27/02/2018 à 14:57

Les éleveurs pourront tuer des loups au-delà des quotas «pour se défendre», affirme le gouvernement

« Loup que fais-tu ? M'entends-tu ? » Surtout, « évites les bergeries et reste bien dans les bois », devrait lui dire la petite comptine. Car ce lundi, Stéphane Travert l'a confirmé aux éleveurs hésitants : « Vous pouvez vous défendre » face à la menace immédiate du canidé et ce, « au-delà des quotas » d'abattage fixés depuis Paris, a précisé le ministre de l'Agriculture.En effet, « je rappelle qu'avec le plan qu'on a mis en place, un éleveur qui est attaqué a la capacité de se défendre. Il fallait fixer un quota. Mais si vous êtes attaqué, vous vous défendez, au-delà du quota vous pouvez vous défendre », a-t-il martelé sur le plateau de l'Epreuve de vérité (Public Sénat/AFP/Radio Classique/Les Echos), délocalisé pour l'occasion au salon de l'Agriculture qui se tient à Paris jusqu'au 4 mars. #EDVTV @StTRAVERT Plan #loup : "Je souhaite que l'on puisse tendre vers une diminution de la prédation. Les éleveurs ont le droit de se défendre." pic.twitter.com/zB6DFcskkQ— Public Sénat (@publicsenat) February 26, 2018Le plan loup 2018-2023 publié lundi dernier, prévoit un plafond d'abattage annuel fondé sur les recommandations scientifiques qui estiment qu'il ne faut pas abattre plus de 10 à 12 % de l'effectif pour assurer la viabilité de l'espèce. En 2018, année de transition, le plafond initial est fixé à 40 loups, mais ce nombre sera « actualisé » une fois connus les chiffres de la population au printemps, et porté à 10 % de la population.« Décentraliser la décision »« Ce que nous souhaitons aussi, c'est décentraliser la décision. Pensez-vous que cela soit normal aujourd'hui que ce soit moi, dans mon bureau rue de Varenne, qui prenne la décision lorsqu'un agriculteur est attaqué dans l'Aveyron, les Hautes-Alpes ou les Alpes-de-Haute-Provence ? », a encore argumenté Stéphane Travert, qui souhaite « faire en sorte que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer