1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les divisions de l'Afrique du Sud vues par David Goldblatt

Le Monde21/02/2018 à 06:41

Le photographe sud-africain, David Goldblatt, lors de l'exposition « TJ 1948-2010 », à Paris, le 11 janvier 2011.

Le Centre Pompidou à Paris consacre une riche exposition au photographe,  qui capte depuis plus de soixante ans  les ambiguïtés de son pays.

En 1963, David Goldblatt a photographié une scène apparemment innocente : deux enfants, un noir et un blanc, s'amusent à dévaler une route de terre à bord d'un chariot de bois artisanal. Les deux sont pieds nus dans la poussière, flanqués d'un clébard sympathique. Mais nous sommes à Randfontein, dans l'Afrique du Sud raciste de l'apartheid. Le Blanc est un kleinbaas, un « petit maître », le Noir un klonkee, un « petit Noir ». Et quand il s'agit de tirer le chariot pour remonter la pente, « C'est le Noir qui pousse », souligne le photographe, souriant.

L'amitié et l'enfance, l'inégalité et l'injustice mêlées en une même scène. C'est cette capacité à capter la complexité et l'ambiguïté des rapports humains qui a fait la marque de fabrique de David Goldblatt. Ce photographe majeur, considéré comme le père de la photo sud-africaine, fondateur, sous l'apartheid, d'une école devenue une référence, le Market Photo Workshop, est aujourd'hui salué par une intelligente rétrospective au Centre Pompidou, à Paris. Depuis les années 1950, ses images auscultent les soubresauts de son pays : ses déchirements liés au régime d'apartheid, ses divisions dans l'exercice de la démocratie, avec une distance critique qui explique peut-être qu'il a fallu attendre longtemps pour voir son œuvre reconnue au-delà des frontières de son pays.

« J'ai renoncé à vouloir m'adresser au reste du monde » A 87 ans, l'homme n'a rien perdu de son verbe précis ni de son regard bleu perçant. Blanc, né en 1930 dans u...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.