Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les discussions se poursuivent entre Bruxelles et Athènes

Reuters30/03/2015 à 01:05

par Costas Pitas ATHENES, 29 mars (Reuters) - La Grèce et ses créanciers internationaux ont discuté tout le week-end des réformes présentées par Athènes pour débloquer une nouvelle aide indispensable pour éviter un défaut, mais la tonalité des déclarations n'est pas la même de part et d'autre. Si le gouvernement grec s'est montré plutôt optimiste dimanche, le "Groupe de Bruxelles" (Commission européenne, Fonds monétaire international et Banque centrale européenne) attend des engagements plus concrets. La Grèce sera à court d'argent dès le 20 avril si elle n'arrive pas à convaincre ses partenaires européens de lui verser de nouveaux fonds, a déclaré la semaine dernière à Reuters une source proche du dossier. (voir ID:nL6N0WQ3UU ) Pour ce faire, dans la droite ligne de l'accord de principe arraché le 20 février avec les ministres des Finances de la zone euro, Athènes a présenté vendredi une nouvelle liste de réformes censées rendre son économie plus compétitive et ses finances publiques viables. La liste soumise vendredi par Athènes à ses interlocuteurs du Groupe de Bruxelles "ne comporte pas de mesures à caractère de récession", a déclaré un responsable grec. Elle regroupe, a-t-il ajouté, des mesures qui doivent permettre d'augmenter les recettes de l'Etat de trois milliards d'euros cette année sans toucher au financement des traitements des fonctionnaires ou des retraites. Elle évoque par ailleurs un excédent budgétaire primaire, hors service de la dette, de 1,5% du produit intérieur brut (PIB) en 2015, inférieur de moitié à l'objectif figurant dans le programme de renflouement de l'UE et du FMI, et une croissance de 1,4%. "Aujourd'hui, les discussions avec le Groupe de Bruxelles ont continué dans un bon climat de coopération", a rapporté dimanche un responsable grec. "Nous avons convenu de mettre en place une politique adaptée qui fera passer le poids de l'effort de ceux qui gagnent le moins à ceux qui gagnent le plus." "MIEUX VAUT PRENDRE DU TEMPS" Le son de cloche n'est pas le même à Bruxelles, où on estime que cette liste est davantage un assemblage d'idées qu'un projet susceptible d'être présenté à l'Eurogroupe. "Les Grecs n'ont pas soumis une liste de réformes vendredi. Ils ont simplement montré des idées durant le week-end. Les discussions que nous avons eues entre vendredi et dimanche visaient à aider les Grecs à préparer une liste pour demain (lundi)", a dit un haut responsable de la zone euro. "En l'état, elles manquent de détails et beaucoup plus de travail technique est encore nécessaire pour leur donner de la chair et les transformer en quelque chose de suffisamment complet et crédible qui puisse être soumis à l'Eurogroupe", a déclaré un autre responsable européen. "Cela prendra j'imagine quelques jours supplémentaires", a-t-il ajouté. "Mieux vaut prendre du temps pour le préparer correctement." Selon le magazine allemand Der Spiegel, les créanciers d'Athènes estimeraient que la Grèce pourrait manquer son objectif de dégager un excédent budgétaire primaire cette année. Il y a deux semaines, le ministère grec des Finances a revu à la baisse l'estimation d'excédent budgétaire primaire pour 2014, la ramenant à 0,3% du produit intérieur brut (PIB) contre celle de 1,5% avancée par le précédent gouvernement. ID:nL6N0WI45Z Ce dernier avait dit qu'il arriverait à un excédent primaire, mesure qui ne prend pas en compte le service de la dette, de 3,0% du PIB en 2015. "Il ne restera probablement rien de cela", a dit une source, citée par Der Spiegel. L'hebdomadaire dit également que la Grèce a désormais besoin de 20 milliards d'euros pour ne pas être étranglée financièrement, un chiffre qu'a refusé de commenter un porte-parole du ministre des Finances Wolfgang Schäuble. Le Premier ministre grec Alexis Tsipras, qui s'est fait élire le 25 janvier en promettant de tourner le dos aux politiques d'austérité mises en oeuvre en échange de l'aide internationale, a déclaré dimanche dans les colonnes du journal Real News que les problèmes de liquidités du pays seraient réglés immédiatement après un accord définitif avec ses créanciers, ajoutant qu'il ne cherchait pas la confrontation avec l'Europe. (avec Jan Strupczewski à Bruxelles et Michael Nienaber et Gernot Heller à Berlin; Benoit Van Overstraeten et Henri-Pierre André pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.