Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les dirigeants européens célèbrent à Rome une union fragilisée

Reuters25/03/2017 à 15:02
    * L'UE reste divisée sur son avenir 
    * Les 27 s'efforcent de lui donner un nouveau souffle 
    * Ils adoptent une déclaration commune 
 
 (Avec déclaration François Hollande) 
    par Jan Strupczewski et Alastair Macdonald 
    ROME, 25 mars (Reuters) - Les Européens doivent enterrer 
leurs querelles et leurs chicaneries s'ils veulent préserver 
l'Union européenne, ont prévenu samedi ses 27 dirigeants réunis 
à Rome pour le 60e anniversaire du Traité fondateur du bloc 
communautaire. 
    A quatre jours du déclenchement par la Première ministre 
britannique, Theresa May, de la procédure de sortie du 
Royaume-Uni de l'UE, ils ont signé la Déclaration de Rome, par 
laquelle ils espèrent donner un nouveau souffle à un projet 
fragilisé par le Brexit et un regain nationaliste et 
eurosceptique. 
    "Cette cérémonie avait un sens particulier par rapport aux 
défis et aux menaces que nous avons devant nous", a déclaré à 
des journalistes, en marge du sommet, François Hollande, qui a 
cité notamment le terrorisme, le nationalisme et l'extrémisme.  
    "Oui, nous sommes décidés à être plus fort ensemble", a 
ajouté le président français.  
    Les difficultés rencontrées pour rédiger ce document de 
trois pages et les dizaines de milliers de manifestants réunis 
derrière un imposant cordon de sécurité sont toutefois venues 
rappeler que les obstacles restent nombreux. 
    "Nous avons marqué un coup d'arrêt et cela a provoqué un 
rejet de l'opinion publique", a déclaré le président du Conseil 
italien, Paolo Gentiloni. 
    Le chef de l'exécutif italien a déploré que les difficultés 
économiques de ces dernières années sur le Vieux continent aient 
paralysé le projet européen et nourri la montée du nationalisme. 
Selon lui, la Déclaration de Rome offre un nouveau départ. 
    "L'Union repart", a-t-il déclaré. "Et elle a une vision pour 
les dix prochaines années." 
    La chancelière allemande Angela Merkel a reconnu que l'UE 
devait répondre aux demandes des nouvelles générations pour 
lesquelles la Seconde Guerre mondiale appartient à l'Histoire. 
"Nous devrons à l'avenir nous préoccuper en priorité de la 
question de l'emploi", a-t-elle dit. 
    La chef du gouvernement allemand a rappelé la nécessité de 
répondre aux préoccupations des Européens concernant l'économie, 
la protection sociale, l'immigration et la défense en proposant 
une "Eruope protectrice". 
    Cet enthousiasme n'était pas partagé par tous, de nombreux 
dirigeants refusant de poursuivre sur la voie de l'abandon de 
pans de souveraineté, tandis que d'autres ont, au contraire, 
plaidé en faveur d'une accélération de l'intégration. 
    La Pologne a mené la fronde contre l'idée d'une "Europe à 
plusieurs vitesses" redoutant que les anciens pays communistes 
d'Europe de l'Est soient "laissés sur le bord du chemin. 
     
    "AVENIR COMMUN" 
    Des dirigeants ont profité de la commémoration pour saluer 
leurs prédécesseurs, qui ont su dépasser les clivages de la 
Seconde Guerre mondiale pour signer le 27 mars 1957 le Traité de 
Rome, point de départ du projet européen. 
    Le président de la Commission européenne, Jean-Claude 
Juncker a invoqué le souvenir de son père, incorporé de force 
dans l'armée allemande. Le président du Conseil européen, Donald 
Tusk, s'est remémoré sa jeunesse dans une Pologne située de 
l'autre côté du Rideau de fer et une Europe coupée en deux. 
    "Ça, c'était une véritable Europe à deux vitesse", a-t-il 
déclaré, visant implicitement le gouvernement polonais, qui a 
tenté d'empêcher les pays d'Europe de l'Ouest d'appuyer leur 
projet en faveur d'une intégration plus poussée. 
    "Aujourd'hui, nous renouvelons nos voeux et réaffirmons nos 
engagements en faveur d'une Union une et indivisible", a dit 
Jean-Claude Juncker. 
    "Pourquoi perdre aujourd'hui confiance dans le projet de 
l'unité ? Est-ce parce qu'il est devenu réalité ? Ou parce que 
nous nous en sommes lassés ?" a pour sa part demandé Donald 
Tusk. "L'Europe en tant qu'entité politique sera unie ou ne sera 
pas. L'unité de l'Europe n'est pas un modèle bureaucratique, 
c'est un socle de valeurs communes et de normes démocratiques." 
    Dans sa conclusion, la Déclaration de Rome proclame :  
    "Nous, dirigeants qui coopérons au sein du Conseil européen 
et de nos institutions, ferons en sorte que le programme défini 
aujourd'hui soit mis en oeuvre pour qu'il devienne réalité 
demain. Notre chance, c'est d'être unis. L'Europe est notre 
avenir commun." 
    Du côté des détracteurs de l'Union, Giorgia Meloni, chef de 
file du mouvement d'extrême droite Fratelli d'Italia, a pour sa 
part dénoncé "la grande déception de l'UE" et a plaidé en faveur 
d'une nouvelle alliance "de pays libres et souverains". 
 
    <^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ 
VERBATIM - Déclaration des dirigeants de 27 États membres    
 ID:nL5N1H2099  
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^> 
 (Avec Isla Binnie, Nicolas Delame pour le service français, 
édité par Emmanuel Jarry) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.