1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les députés suppriment le mot «race» de la Constitution
Le Parisien27/06/2018 à 20:45

Les députés suppriment le mot «race» de la Constitution

Les députés ont supprimé ce mercredi à l'unanimité en commission le mot « race » de l'article 1er et y ont également introduit l'interdiction de « distinction de sexe ». « Elle (la France) assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction de sexe, d'origine ou de religion ». Ainsi s'écrira l'alinéa, si ces amendements identiques de LREM, MoDem, UDI-Agir, PS, PCF, sont revotés dans l'hémicycle à partir du 10 juillet, ce qui ne fait aucun doute, mais surtout si la révision constitutionnelle aboutit. LIRE AUSSI > DÉCRYPTAGE. L'utilisation du mot «race» dans la loi, un paradoxeSur la suppression du mot « race », une grande majorité des députés considéraient que la persistance de ce terme, introduit dans la Constitution en 1946 pour rejeter les théories racistes après le nazisme et repris en 1958, était « mal comprise » et « infondée », alors qu'il n'existe pas de races au sein de l'espèce humaine. Les députés votent en commission la suppression du mot "race" de la Constitution. >> https://t.co/gDb31FjYJp #DirectAN #PJLConstit pic.twitter.com/zVxelzPq7s— LCP (@LCP) June 27, 2018Une promesse non tenue de François Hollande « Il fallait donner un signe que ce terme n'a pas sa place dans la Constitution », a souligné le rapporteur général Richard Ferrand (LREM) devant l'Association des journalistes parlementaires. François Hollande s'était engagé, lors de la campagne présidentielle en 2012, à une telle suppression, mais la promesse était restée lettre morte. Les députés se sont également entendus sur l'interdiction « de distinction de sexe ». Ils ont en revanche rejeté un amendement de la LREM, Isabelle Rauch pour féminiser les titres de fonctions (président ou présidente, Premier ministre ou Première ministre, ambassadeur ou ambassadrice, etc.) dans la loi fondamentale.Des amendements corses pour reconnaître les « ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer