Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les départs pour le djihad syrien s'accélèrent, selon Trévidic

Reuters12/02/2014 à 17:47

L'EXODE EN SYRIE DE JEUNES DJIHADISTES FRANCAIS S'ACCÉLÈRE, SELON LE JUGE MARC TRÉVIDIC

par Chine Labbé et Nicholas Vinocur

PARIS (Reuters) - L'exode des jeunes Français candidats au djihad en Syrie s'est accéléré avec le retour d'une première génération qui s'efforce d'embrigader ses proches, déclare dans un entretien à Reuters le juge antiterroriste Marc Trévidic.

Des milliers de jeunes hommes ont quitté l'Europe pour rejoindre les rangs des rebelles islamistes en guerre contre le régime de Bachar al Assad. Ils seraient près de 2.000 venus de l'Europe de l'Ouest, selon le Centre international pour l'étude de la radicalisation.

"Des événements majeurs comme l'utilisation de gaz chimiques ont provoqué des vocations", dit Marc Trévidic.

"Il y a eu aussi un accélérateur qui a été très net, c'est (quand) la première génération de ceux qui sont partis sont revenus chercher leurs copains", ajoute-t-il.

Alors qu'en moyenne 30 à 40 "habitués du djihad" partaient de France pour aller rejoindre les précédentes terres de combat comme l'Irak, la Bosnie, la Tchétchénie ou encore la Somalie, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a estimé le 30 janvier dernier que leur nombre s'élevait en France "autour de 600 à 700 Français ou résidents en France, dont 250 sont aujourd'hui sans doute en Syrie et 21 sont déjà morts sur place."

À une poignée de profils aguerris s'ajoute en effet une "génération spontanée" de nouveaux djihadistes, qui profitent notamment de la facilité de se rendre sur place, comme l'illustre le périple récent de deux adolescents toulousains.

"Il n'y a pas besoin de grands systèmes opaques . Ce n'est pas comme à l'époque où, pour aller en Afghanistan, on passait par Londres, il fallait plein de contacts", dit Marc Trévidic. "C'est beaucoup plus ouvert."

"RADICALISATION EXPONENTIELLE"

La plupart des candidats au djihad se contentent en effet de s'envoler vers la Turquie où de nombreux passeurs - qui ont fait de ces départs un véritable commerce avec vente de parkas, de sacs de couchage, etc. - les attendent à la frontière syrienne.

Pour le juge, ces jeunes ne représentent pas un danger immédiat à leur retour sur le sol français.

Hormis ceux qui ont été dégoûtés du djihad pour des raisons personnelles - ceux dont le concours a par exemple été refusé -, ces jeunes ne pensent en effet "qu'à repartir", souligne-t-il.

"Il y a un danger à moyen terme évident mais, pour l'instant, les efforts de tous les djihadistes sont concentrés contre Bachar al Assad et ils savent très bien que ça serait complètement absurde et contre-productif de faire un attentat en France", dit-il.

"Tant qu'il y aura le régime de Bachar, tant que sur le terrain (...) les djihadistes estimeront qu'ils ont une chance de renverser le régime et de créer un Etat islamique, leur force, leur énergie sera dans cet endroit."

Reste un risque à moyen terme avec des individus qui, en Syrie, se créent un carnet d'adresses du djihad international, souligne le juge antiterroriste.

Face à cette accélération des départs, Marc Trévidic prône l'invention de nouveaux outils pour combattre l'embrigadement des jeunes recrues.

"Jusqu'à présent, on s'est reposé uniquement sur la justice antiterroriste, c'est-à-dire la répression", dit-il.

"On a une radicalisation exponentielle dans notre pays, on a de plus en plus de personnes embrigadées dans des groupes qu'on peut qualifier de terroristes, donc c'est un échec."

UNE LOI CONTRE L'EMBRIGADEMENT ?

S'il faut d'après lui continuer à arrêter les personnes au profil particulièrement dangereux à leur retour en France, le magistrat appelle de ses voeux de nouveaux moyens pour empêcher leur départ.

"Il faut être inventif", dit-il. "Je ne suis pas loin de penser qu'il faudrait une loi qui empêche les jeunes Français de s'embrigader, d'aller faire la guerre ailleurs (...) un peu comme on interdit de consommer de l'alcool avant de conduire."

Quant à la confiscation des passeports voire la déchéance pure et simple de la nationalité de ceux qui seraient partis puis rentrés, envisagée par certains pays européens comme le Royaume-Uni et la Belgique, cela ne règlera pas le problème, d'après le juge.

"Il y en a qui reviennent et qui ne font plus parler d'eux", souligne-t-il. Surtout, dit-il, "on sait ce que ça donne les apatrides en matière de terrorisme."

Avec Pauline Mével, édité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.