Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les conservateurs grecs en quête d'une improbable coalition

Reuters07/05/2012 à 16:31

Les conservateurs grecs en quête d'une improbable coalition

ATHÈNES (Reuters) - Arrivés en tête des élections législatives de dimanche en Grèce, les conservateurs de Nouvelle Démocratie vont entamer des négociations avec tous les partis, hormis l'extrême droite d'Aube dorée, en vue de former une coalition gouvernementale et tenter d'éviter au pays une sortie de la zone euro.

Le leader de Nouvelle Démocratie, Antonis Samaras, s'apprête à discuter lundi avec la Coalition de la gauche radicale et le Pasok, arrivés respectivement deuxième et troisième du scrutin.

"Samaras recevra à 15h00 (12h00 GMT) le mandat du président (pour former une coalition) et commencera immédiatement les discussions avec tous les partis sauf Aube dorée", a-t-on appris auprès du parti.

Fotis Kouvelis, le leader de la Gauche démocratique (GD), arrivée en septième position avec 6,1% des suffrages, a d'ores et déjà annoncé que sa formation ne participerait pas à une coalition avec ND et le Pasok. Ce parti de la gauche modérée était considéré comme le plus susceptible de participer à une coalition avec les deux grands partis traditionnels.

"Nous aurions participé à une coalition gouvernementale avec d'autres forces progressistes", a expliqué Fotis Kouvelis à Reuters, faisant référence aux autres partis de gauche qui n'ont pas remporté suffisamment de sièges au parlement pour obtenir une majorité.

Après décompte de 99% des suffrages, les conservateurs de Nouvelle Démocratie et les socialistes du Pasok, piliers de la coalition sortante, ont remporté 32% des suffrages, soit 149 sièges sur 300, à deux sièges de la majorité absolue.

Or, les cinq autres partis qui ont franchi le seuil requis pour avoir des députés au Parlement sont hostiles aux mesures d'austérité imposées par l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI) en contrepartie de leur plan de sauvetage.

"DANS LES LIMBES"

Le président Karolos Papoulias a annoncé dans un communiqué qu'il recevrait lundi à 12h00 GMT Antonis Samaras pour lui confier la mission d'essayer de former le nouveau gouvernement.

Les négociations pour former le nouveau gouvernement apparaissent compliquées. Si elles venaient à échouer, de nouvelles élections pourraient être convoquées le mois prochain.

Toute coalition émergeant du scrutin de dimanche s'annonce en tout état de cause très fragile, cette instabilité politique menaçant à tout instant de relancer la crise de la zone euro.

Les titres de la presse grecque font tous le même constat lundi, du "Pays dans les limbes" du journal Imersisia au "Cauchemar de l'ingouvernabilité" du quotidien Ta Nea.

"J'ai à la fois de l'espoir et de la peur", confie Sofia Tsaliki, une employée de bureau de 36 ans. "De nouvelles élections n'apporteraient rien, mais au moins, nous avons envoyé un message clair aux politiciens et aux Européens en leur disant qu'ils ne peuvent plus nous ignorer."

Conscient de ne disposer de pratiquement aucune marge de manoeuvre, Antonis Samaras a appelé dès dimanche soir à la formation d'un gouvernement d'union nationale pro-européen.

Cet appel a été relayé par le leader du Pasok, Evangelos Venizelos, auquel il incombera d'essayer de former le gouvernement en cas d'échecs successifs d'Antonis Samaras et d'Alexis Tsipras, dont la Coalition de la gauche radicale (Syriza) s'est classée deuxième du scrutin.

Portés par la colère des Grecs contre les mesures d'austérité draconiennes, les "petits" partis, qui couvrent de l'extrême gauche à l'extrême droite, apparaissent trop divisés pour former une coalition alternative.

"Il y a une grande incertitude en ce moment pour savoir quel type de gouvernement va émerger et s'il sera favorable au plan de l'UE et du FMI", résume Diego Iscaro, analyste d'IHS Global Insight.

Dina Kyriakidou, Karolina Tagaris et Harry Papachristou; Tangi Salaün et Hélène Duvigneau pour le service français, édité par Gilles Trequesser


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.