Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les clients de la prostitution sous pression

Reuters26/10/2011 à 14:05

par Chine Labbé

PARIS (Reuters) - Manifeste d'hommes qui "n'iront pas au bois", appel porté par une vingtaine d'associations, projet de loi qui pourrait être déposé d'ici la fin de l'année : l'idée d'une pénalisation des clients de la prostitution fait du chemin en France.

Cette proposition s'inscrit dans un débat plus vaste sur "l'abolition" de la prostitution, position de principe en France, où la loi se veut protectrice des prostitués tout en décourageant cette activité. Le racolage et le proxénétisme sont ainsi punis par la loi mais la prostitution est autorisée, sans toutefois bénéficier de statut juridique.

Une position que politiques et associatifs souhaitent aujourd'hui réaffirmer, et renforcer.

De nombreux acteurs se réclament de l'exemple de la Suède, où l'achat d'actes sexuels a été pénalisé en 1999 et où la prostitution de rue a été divisée par deux en dix ans.

En juillet 2010, l'Assemblée nationale a créé une mission d'information sur la prostitution en France, présidée par la socialiste Danielle Bousquet. En avril, celle-ci recommandait, entre autres, de pénaliser le client, "longtemps passé sous silence mais acteur central de la prostitution".

D'après une enquête menée en 2004 par l'association Mouvement du Nid, environ un homme sur huit (12,6 %) a déjà eu recours à une prestation sexuelle tarifée en France.

Depuis, une proposition de résolution affirmant la détermination de la France à lutter contre la prostitution a été signée par les présidents de tous les groupes politiques à l'Assemblée nationale.

Si elle ne parle pas de pénalisation du client, elle précise que "la prostitution ne pourra régresser que grâce à un changement progressif des mentalités et un patient travail de prévention, d'éducation et de responsabilisation des clients et de la société toute entière".

Fait inédit, selon Danielle Bousquet qui souligne que "pour la première fois, dans un texte en France, on voit apparaître le mot 'client' de la prostitution".

"LES CLICHÉS PERDURENT DEPUIS TROP LONGTEMPS"

L'idée fait aussi du chemin dans la société civile.

Une trentaine d'hommes originaires de dix pays ont signé, début septembre, un manifeste intitulé "Nous n'irons pas au bois", qui appelle à la pénalisation de ceux qu'ils appellent "clients-prostitueurs".

Sur le site wwww.abolition2012.fr, une vingtaine d'associations lancent par ailleurs un appel pour "l'adoption d'une loi d'abolition du système prostituteur". Elles demandent, entre autres, la suppression de toutes les mesures répressives à l'encontre des "victimes" de la prostitution, la mise en place de moyens de protection, d'accompagnement social, et de véritables alternatives à la prostitution ainsi que la pénalisation des clients et le renforcement de la lutte contre le proxénétisme.

"Les clichés perdurent depuis trop longtemps selon nous sur la prostitution: le plus vieux métier du monde, elles le veulent bien, etc.", dit Frédéric Boisard, chef de projet à la Fondation Scelles.

"Nous ce qu'on voudrait, c'est révéler la véritable image de la prostitution, c'est-à-dire un milieu très difficile dont on ne sort pas indemne, et qui est très violent".

Certaines associations dénoncent le "système abolitionniste" français et demandent la reconnaissance du travail des prostitués. Pour celles-ci, la pénalisation des clients pourrait mettre en danger les prostitués. "Le problème n'est pas le travail du sexe, mais bien la pathologisation et la victimisation des travailleurs(euses) du sexe", écrit le Syndicat du travail sexuel (Strass) sur son blog.

Mais d'après Frédéric Boisard, ces associations représentent "une minorité".

Le ministère de l'Intérieur évalue à environ 20.000 le nombre de personnes prostituées en France. Près de 85% de celles qui se prostituent dans la rue seraient des femmes.

D'après la mission parlementaire sur la prostitution, la prostitution dite "traditionnelle" céderait progressivement la place à "l'exploitation sexuelle et à la traite des êtres humains" avec près de 90% de personnes prostituées étrangères, contre seulement 20% en 1990.

PESER DANS LA CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE

Avec cet appel, les associations entendent amener les candidats à l'élection présidentielle de 2012 à prendre position sur les moyens de lutte contre la prostitution. Le 29 novembre prochain, trois d'entre elles tiendront une "convention abolitionniste" au Palais Bourbon. Elles y invitent tous les candidats à la présidentielle.

Sans penser que la question de la prostitution s'imposera dans la campagne, elles espèrent qu'elle ne "sera plus occultée".

Et elles ne sont pas les seules. Mercredi dernier, l'association Future au Féminin interpellait les candidats sur la prostitution étudiante, une situation difficile à quantifier, mais "qui s'est banalisée" et qui est le signe d'une "génération délaissée", selon sa présidente. Le visage cachée, Marie, étudiante en droit et prostituée "pour subvenir à (ses) besoins quotidiens", témoignait de la contrainte économique qui l'avait poussée à sauter le pas.

Aujourd'hui, Danielle Bousquet se dit "persuadée" que sa résolution sera adoptée, et parie sur fin novembre ou début décembre. Le jour même, elle déposera un projet de loi sur la pénalisation des clients, porté par elle-même et le député UMP Guy Geoffroy, rapporteur de la mission sur la prostitution à l'Assemblée. Ce projet pourrait être examiné début 2012.

"Peut-être le calendrier sera-t-il juste, mais en tout état de cause, si la proposition de loi n'est pas votée à ce moment-là, elle sera reprise et remise dans le circuit de l'Assemblée", dit-elle.

L'idée de "sanctions des clients" a déjà été reprise par le Parti socialiste dans son programme électoral.

Edité par Patrick Vignal

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.