Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les classes moyennes courtisées pour la présidentielle

Reuters25/01/2012 à 19:49

par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - La classe moyenne, catégorie difficile à définir mais considérée comme fidèle aux urnes et consommatrice, donc essentielle pour la croissance, est objet de convoitise en vue de l'élection présidentielle en France.

Au lendemain du discours du François Hollande, dimanche au Bourget, le président Nicolas Sarkozy a accusé le candidat socialiste d'avoir lancé une "attaque absolument sans précédent" contre cette catégorie, déclenchant une réplique de l'intéressé.

Plus tôt dans la journée, le sujet avait fait l'objet d'une passe d'armes entre le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, et le président du groupe PS à l'Assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault.

"Les 70 milliards de cadeaux fiscaux qui n'ont servi à rien pour l'économie, ce sont les classes moyennes qui les paient", a lancé dans l'hémicycle le député-maire socialiste de Nantes.

Dans le viseur de la majorité : la révision du quotient familial et la fusion Impôt sur le revenu-Contribution sociale généralisée (CSG) envisagées par le candidat socialiste ou encore son idée de créer une tranche d'imposition à 45%, pour des revenus par parts de 150.000 euros par an.

"Voilà que la droite nous fait procès : rendez-vous compte, je vais toucher aux classes moyennes !", a répliqué François Hollande sur le mode de l'ironie lors d'un meeting à Toulon.

"Si jamais dans cette salle, je l'espère, plusieurs personnes sont concernées, qu'elles viennent me voir et je ferai résipiscence, ou plus exactement je leur dirai : 'Quelle chance vous avez d'avoir 150.000 euros et vous ne feriez pas l'effort de payer un peu plus pour ceux qui ont tant besoin de la solidarité !'", a-t-il ajouté.

Traditionnellement peu tentées par les extrêmes, les classes moyennes s'étaient laissé séduire par le centriste François Bayrou lors de la présidentielle de 2007, puis par Europe Ecologie-Les Verts aux élections européennes deux ans plus tard, souligne l'économiste Eric Maurin.

ÉLECTORAT NON ACQUIS

"On voit donc que c'est un électorat médian, pivot et surtout non acquis", a-t-il expliqué à Europe1.fr.

En France, où le salaire médian est d'environ 1.600 euros par mois, la classe moyenne constitue une catégorie fluctuante par définition, selon que l'on considère les revenus ou le sentiment d'appartenance.

Dans une étude du Centre pour l'étude et l'observatoire des conditions de vie (Credoc) de 2009, deux personnes sur trois pensaient appartenir à cette classe tandis que seule 5% de la population s'estimait "aisée" ou "privilégiée".

"Les classes moyennes, elles consomment, elles paient des impôts et elles votent. Elles ont le sentiment de beaucoup payer et de ne pas beaucoup recevoir", résumait mercredi sur RTL Flavien Neuvy, de l'observatoire de la société de crédit à la consommation Cetelem, auteur d'une étude sur la question.

Pour réaliser cette dernière, l'institut a éliminé les 20% de ménages les plus riches et les 20% les plus pauvres. Selon sa définition, un ménage de classe moyenne est donc un couple avec enfant qui gagne entre 1.800 et 3.600 euros nets.

Dans cette enquête, seules 33% des personnes appartenant à la classe moyenne interrogées en France ont vu leur situation s'améliorer ces dix dernières années.

Les chiffres montrent une hausse des revenus par ménage de 21,9%, soit une progression du pouvoir d'achat de 3,4%. Mais dans le même temps, note l'étude, les dépenses contraintes (logement, santé, éducation) ont augmenté, passant de 29% en 2000 à 32% en 2010, réduisant d'autant les dépenses arbitrales (alimentation, textile, transport), passées de 43% à 40%.

"Les classes moyennes sont satisfaites de leurs vies aujourd'hui, mais elles ont peur pour leurs enfants", a commenté Flavien Neuvy.

La jeunesse est l'une des priorités de François Hollande pour son éventuel futur quinquennat.

"Est-ce que les jeunes vivront mieux en 2017 qu'en 2012 ? Je demande à être jugé sur ce seul engagement", a-t-il déclaré dimanche.

Avec Jean-François Rosnoblet à Toulon, édité par Patrick Vignal

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.