Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les centres équestres manifestent devant le Parlement européen

Reuters23/12/2013 à 16:27

LES CENTRES ÉQUESTRES MANIFESTENT DEVANT LE PARLEMENT EUROPÉEN

STRASBOURG (Reuters) - Des propriétaires de centre équestres venus de tout l'est de la France ont manifesté lundi devant le Parlement européen à Strasbourg pour demander le maintien d'un taux de TVA réduit en faveur de leur activité.

Une trentaine de véhicules, dont une majorité de camions et camionnettes, se sont rangés devant le bâtiment, vide en cette semaine hors session et à deux jours de Noël, a constaté un journaliste de Reuters. Une délégation devait toutefois remettre un dossier de doléances à un représentant de l'institution.

En l'absence de vrais chevaux, un poney de chiffons doté d'un pis de vache proclamait, sur le plateau d'un camion, qu'il n'était "pas une vache à lait".

"La manifestation est surtout symbolique. Elle se fait ici parce que c'est l'Europe qu'il faut fléchir. Le gouvernement, lui, est en train de nous suivre", a expliqué à Reuters Alain Bouchon, délégué régional du Syndical national des entreprises de tourisme équestre qui est partie prenante du collectif "l'équitation en péril".

Les professionnels de l'équitation s'opposent à la hausse de la TVA qui doit passer de 7% à 20% au 12er janvier 2014 sous la pression de la Commission européenne et après une condamnation de la France, en mars 2012, par la Cour européenne de justice.

Plusieurs manifestations étaient organisées lundi à Paris et en région et dans plusieurs capitales européennes.

Des représentants de la filière équestre ont accompagné Stéphane Le Foll, Valérie Fourneyron et Bernard Cazeneuve, les ministres français de l'Agriculture, des Sports et du Budget, le 13 décembre à Bruxelles, pour plaider leur cause devant le cabinet du commissaire européen à la Fiscalité Algiras Semeta.

"La Commission européenne nous a précisé que seule la facturation d'une utilisation du centre équestre en qualité d'installation sportive pouvait bénéficier d?un taux de TVA réduit, les enseignements et prises en pension ne pouvant pas en revanche en bénéficier", ont indiqué les trois ministres dans un communiqué publié samedi.

"C'est donc sur cette possibilité que le Gouvernement travaille par la voie d'une instruction fiscale à paraître en début d'année 2014 qui permettra de maintenir un taux réduit de TVA pour la facturation de l'utilisation des centres équestres en qualité d'installations sportives", ont-ils précisé.

"L'équitaxe" pourrait entraîner la fermeture de 2.000 des près de 7.000 centres équestres, la perte de 6.000 emplois sur un total de 25 à 30.000 et envoyer 80.000 chevaux et poneys à l'abattoir, selon les associations équestres.

"Ce taux de TVA va m'amputer de 18.000 euros, ça représente le salaire de mon seul employé et ce salarié, c'est mon fils", indique Alain Bouchon, qui gère un centre dans le Doubs.

Le taux de TVA à 20% s'impose aux activités équestres dans tous les pays de l'Union européenne, mais la situation en France, où un taux réduit était appliqué depuis 2004, est devenue de ce fait, selon lui, particulière.

"Il n'y a qu'en France que l'équitation s'est démocratisée comme ça", dit-il.

La Fédération française d'équitation revendique 8.000 entreprises adhérentes et 700.000 licenciés, ce qui en fait "la 3e Fédération Olympique Sportive Française".

Gilbert Reilhac, édité par Marine Pennetier

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.