Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les Bulgares retournent aux urnes sans illusion

Reuters 05/10/2014 à 11:11

par Tsvetelia Tsolova et Angel Krasimirov SOFIA, 5 octobre (Reuters) - Les bureaux de vote ont ouvert leurs portes dimanche en Bulgarie pour des législatives anticipées dont l'issue la plus probable est la formation d'une nouvelle coalition fragile qui aura du mal à s'attaquer aux racines de la corruption et à relancer l'activité économique. Après la formation de quatre gouvernements différents en deux ans, le GERB (Citoyens unis pour le développement de la Bulgarie, droite), conduit par l'ancien Premier ministre Boïko Borissov, devrait conserver son statut de première force politique sans pour autant décrocher la majorité absolue au parlement monocaméral. Les derniers sondages le créditent d'un peu plus de 34% des intentions de vote, loin devant le Parti socialiste (PSB) à 19%, et le Mouvement pour les droits et libertés (MDL, représentant la minorité turcophone musulmane) à un peu plus de 15%. Probable partenaire du GERB, le Bloc réformiste rallierait les suffrages de 6% des électeurs. Le seuil d'entrée au Parlement est fixé à 4% au moins des voix. Six à huit partis pourraient y être représentés. Dans une interview accordée la semaine dernière à Reuters, Boïko Borissov s'est dit prêt à négocier avec la plupart des partis, non pour former une grande coalition mais pour obtenir des soutiens ponctuels au parlement. Aux précédentes législatives, en 2012, le GERB, déjà conduit par cet ancien garde du corps, était arrivé en tête du scrutin mais le gouvernement Borissov a démissionné en février 2013, emporté par d'importantes manifestations agrégeant des revendications différentes (refus de l'austérité, contestation des tarifs élevés de l'électricité). La coalition formée autour du Premier ministre socialiste Plamen Orecharski qui lui a succédé n'a pas fait mieux, contraignant le président Rossen Plevneliev à anticiper le retour aux urnes. CRISE BANCAIRE Dans l'opinion bulgare, la lassitude et la désillusion à l'égard d'une classe politique discréditée se répandent. D'après un sondage Gallup International publié le mois dernier, plus d'un Bulgare sur deux pense que les élections de dimanche ne changeront rien. Ils sont sept sur dix à se dire pessimistes pour l'avenir de leur pays. L'instabilité politique inquiète également les investisseurs. En juin, l'agence de notation Standard & Poor's a dégradé son estimation de la "signature" bulgare sur les marchés obligataires, considérant que l'environnement politique met en péril des réformes jugées indispensables (crise bancaire illustrée par les déboires de Corpbank, système des retraites et de la santé). Avec un salaire mensuel moyen de 360 euros, un taux de chômage de 10,4% en août et une croissance économique de l'ordre de 1,5% cette année, la Bulgarie est le plus pauvre des membres de l'Union européenne. "Ce sont les troisièmes élections nationales en moins d'un an et demi. Il y a un peu de fatigue et d'apathie", admet Mihaïl Mikov, le nouveau président du Parti socialiste (PSB). "Dans le même temps, nos sympathisants sont en forme et la campagne monte en puissance", affirme-t-il. La priorité du futur gouvernement sera de régler une crise financière sans précédent depuis les années 1990 qui a provoqué en juin des retraits massifs aux guichets des banques. L'un de ces établissements, la Corporate Commercial Bank (Corpbank) 6C9.BB , est toujours fermé et ses déposants ont interdiction d'effectuer des retrait depuis trois mois. Un audit est en cours et le principal propriétaire de la banque a été accusé de malversations financières. (Henri-Pierre André et Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.