1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les autorités de Centrafrique s'efforcent de rassurer le Vatican
Reuters12/11/2015 à 23:37

BANGUI, 12 novembre (Reuters) - Les autorités politiques et religieuses de Centrafrique se sont employées jeudi à rassurer le Vatican sur les conditions de sécurité qui entoureront la venue du pape François, les 28 et 29 novembre. Ce voyage pontifical intervient dans un contexte d'intensification des violences entre milices chrétiennes et rebelles musulmans qui ont fait des dizaines de morts à Bangui, la capitale, depuis fin septembre. Le pape a laissé entendre au début du mois que son déplacement pourrait être annulé en soulignant qu'il "espérait" être en mesure de se rendre en Centrafrique, une précaution oratoire qu'il n'avait jusque-là pas utilisée. (voir ID:nL8N12W0OJ ) Mais plusieurs responsables centrafricains ont exprimé jeudi leur espoir de voir cette visite pontificale maintenue. "On ne peut jamais se porter totalement garant de la sécurité de qui que ce soit. Même en France, il y a eu des problèmes de terrorisme", a reconnu la présidente par intérim Catherine Samba-Panza au micro de la radio française RTL. Mais elle a ajouté que le pape devait venir. "L'arrivée du pape sera une grande bénédiction, et je tiens à ce qu'il vienne quel que soit le destin qui nous sera réservé. Je crois que par la grâce de Dieu le pape viendra et il n'y aura rien", a-t-elle dit. Son ministre de la Sécurité publique, le général Chrysostome Sambia, a précisé que le gouvernement avait mis en plan visant à "sécuriser la visite du pape". Du côté des autorités religieuses, le vicaire général de l'archidiocèse de Bangui, Jésus Martial Dembele, a émis l'espoir que le voyage se déroulerait pacifiquement. La Mission de l'Onu en Centrafrique (Minusca), qui travaille étroitement sur cette visite avec le gouvernement intérimaire et le Vatican, doit renforcer ses effectifs en vue des élections prévues fin décembre: 750 soldats et 140 policiers supplémentaires sont attendus. "Une partie de ces renforts devraient être sur place avant la visite du pape", a dit un responsable de l'Onu. (Crispin Dembassa-Kette avec Michelle Nichols à New York; Henri-Pierre André pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer