Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les arbres feuillus de nos forêts en danger, faute d'être coupés

Le Parisien12/10/2017 à 13:51

Les arbres feuillus de nos forêts en danger, faute d'être coupés

La vieillesse est un naufrage... pour les forêts aussi. Nos massifs prennent de l'âge et ne remplissent plus leur rôle de poumon de la planète. Seuls les bois jeunes en effet sont capables d'absorber le CO2 de notre air pollué pour libérer de l'oxygène. Paradoxalement, pour avoir une forêt écolo, il faut donc couper des arbres décrépits... et ensuite mieux les replanter.

 

« Or, environ la moitié de la production de la forêt n'est pas exploitée ! Autrement dit, on pourrait scier deux fois plus de bois », s'énerve Jean-Marie Ballu, ingénieur général honoraire des Ponts, des Eaux et des Forêts, et l'auteur d'une étude rendue publique ce jeudi. Le problème tient à une équation simple : deux tiers de nos bosquets sont composés d'arbres feuillus (chêne, hêtre, orme), mais ces essences ne comptent que pour un quart des coupes.

 

 

Pourquoi ? La tendance est depuis près d'un siècle aux pins, Douglas, épicéas et autres résineux. « Comme on ne les trouve pas en quantité suffisante en France, on les importe des grandes exploitations sylvicoles de Suède ou d'Allemagne. Avec le bilan carbone qu'on imagine », précise, amer, Jean-Marie Ballu.

 

Feuillus et résineux n'ont pas les mêmes usages « et pas les mêmes prix, fait remarquer Bertrand Blaszcyk, courtier en bois. Comptez 2 600 €/m3 pour du chêne quand le sapin se négocie plutôt autour de 570 € ». Mais cet écart de prix n'est pas une fatalité, « on peut structurer la filière de manière à proposer des tarifs compétitifs », assure Jean-Marie Ballu qui milite pour qu'on exploite enfin cet or vert. Autre avantage dans le camp des résineux, les épicéas germaniques sont réputés plus robustes. Du coup, les constructeurs se tournent plus facilement vers ces essences.

 

Par ailleurs, les exploitants français font peu certifier la solidité de leurs troncs pour des raisons de coût. Or cette étape est indispensable pour obtenir ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.